Semaine 2 / Semana 2

En fait c’est censé être la semaine 3 mais je n’ai pas été au rendez-vous la semaine dernière, désolée la terre tremble trop en ce moment.

Bueno tuviera que ser la semana 3 ya pero no cumplí con el compromiso la semana pasada, perdonaras la tierra tiembla demasiado estos días.

Le conseil (tant attendu hihihi) de cette semaine: éprouve de la gratitude pour tout ce qui est. Oulala que ça peut être dur parfois surtout dans notre contexte actuel où beaucoup arrivent à penser qu’ils devraient avoir tout tout de suite et se désespèrent dès qu’il faut attendre 5 minutes ou que quelque chose ne se passe pas comme ils auraient souhaité.

El consejo (tan esperado jijiji) de esta semana: sienta gratitud por todo lo que es. Si lo sé puede ser muy difícil a veces mas aun en nuestro contexto actual en el que muchos llegan a pensar que tuvieran que tenerlo todo en seguida y se desesperan si tienen que esperar 5 minutos o que algo no ocurre como lo habían planeado.

Alors oui, formulé comme ça, ça veut d’abord dire accepter ce qui est et ne pas y résister, ce qui ne veut pas dire se résigner! Après tout quand quelque chose est déjà là, même si on veut le changer le premier pas est toujours d’accepter pour ensuite envisager comment changer. Si ton bus a dix minutes de retard, tu peux souffler pendant 10 minutes il n’arrivera pas plus vite, par contre toi tu vas te sentir moins bien que si tu acceptes juste ce qui est. Bien sur, il y a des choses beaucoup plus difficiles à accepter, pourquoi un village est dévasté par un tremblement de terre ou un ouragan et plein de gens meurent, comment peut-on accepter ça? Ben déjà on a pas le choix, et une fois qu’on a accepté cette réalité on peut agir, se solidariser avec les personnes touchées, ressentir de l’empathie, reconstruire, faire le deuil… Simple à dire c’est sur, plus compliqué à mettre en place, mais c’est l’option la moins douloureuse même dans une situation de souffrance.

Y si, ante todo quiere decir aceptar lo que hay y no resistir, lo que no significa resignarse! Después de todo, cuando algo ya esta aquí, aunque lo queramos cambiar, el primer paso siempre es aceptar para despues ver como lo cambiamos. Si tu camión tiene 10 minutos de retraso, puedes estar de malas 10 minutos no llegara mas rápido, pero tu si te vas a sentir mal, en cambio si lo aceptas no pasa nada. Por supuesto, hay cosas difíciles de aceptar, porqué un pueblo esta devastado por un terremoto o un huracán y mucha gente fallece, como podemos aceptar esto? Pues primero no tenemos opción, y una vez que aceptamos la realidad como es, podemos actuar, solidarizarnos con la gente, sentir empatia, reconstruir, estar de luto… Simple decirlo, mas complicado hacerlo, pero es la opción menos dolorosa aunque se trate de una situación que genere mucho sufrimiento.

Ensuite, ça veut aussi dire ressentir la gratitude, cette vibration qui peut être parfois si forte, faire trembler, pleurer, sourire béatement. Le sentiment plus que la mentalisation et la liste de merci. On peut toujours faire des listes mais si on ne ressent pas ce qu’on écrit, ou énumère, dans le coeur, on n’en sentira surement pas les bienfaits.

Luego, quiere decir sentir la gratitud, esta vibración que puede ser a veces tan fuerte, hacer que tiembles, llores, sonrías sin mas. El sentimiento mas que el pensar y la lista de agradecimiento. Siempre podemos hacer listas pero si no sentimos lo que escribimos, o enumeramos, en el corazón, seguramente no sentiremos lo bueno de la gratitud.

Ca veut aussi dire ressentir de la gratitude pour tout ce qui est déjà là, au lieu de toujours regarder ce qui manque, ce qu’on a mal fait, ce qu’on serait si, etc. Ressentir de la gratitude d’être dans ce corps qui me donne des expériences sensorielles incroyables, avoir un abri, des amitiés, une famille, de la nourriture, les choses simples et si belles dont on oublie trop souvent qu’elles sont de vraies bénédictions. Et aussi pour les choses qu’on juge comme étant négatives, cette personne qui t’a tant trompé, ce parent qui t’a maltraité, cet environnement professionnel si hostile, de tout ça tu as surement appris beaucoup et tu peux maintenant continuer grandi-e en laissant le passé derrière.

También quiere decir sentir gratitud por todo lo que ya esta aquí, en vez de siempre mirar lo que nos falta, lo que hemos hecho mal, lo que seriamos si, etc. Sentir la gratitud de estar en este cuerpo que nos da experiencias sensoriales increíbles, tener un techo, amistades, familia, comida, cosas simples y tan lindas que muchas veces olvidamos que son las verdaderas bendiciones. Y también por las cosas que juzgamos como negativas, esta persona que te engaño tanto, este padre que te maltrato, este entorno profesional tan hostil, de todo esto seguramente has aprendido mucho y puedes seguir creciendo dejando todo este pasado atrás ahora.

Belle semaine ❤

Linda semana ❤

Semaine 1 / Semana 1

Dans les temps à venir, du fait d’un changement d’occupation (et de lieu de vie, de pays, de continent hihi), je vais te proposer une série d’articles hebdomadaires, plus courts et centrés sur un point précis, un conseil. Je vais me proposer d’explorer moi-même ce conseil dans mon quotidien la semaine suivant la publication et pourrai en toucher un mot à la fin (ou au début hihi) de l’article de la semaine suivante.

En los próximos tiempos, dado un cambio de ocupación (y de lugar de vida, de país, de continente jiji), voy a proponerte una serie de artículos semanales, más cortos y enfocados en un consejo en específico para aplicar durante la semana. Exploraré también este consejo en mi cotidiano la semana después de la publicación y podré comentarte algo al propósito al final (o al inicio jiji) del siguiente artículo.

Pour cette semaine 1, le conseil est : vois le positif en toute chose.

Para esta semana 1, el consejo es: ve lo positivo en cualquier acontecimiento.

Ça peut peut-être sembler neuneu hihi ou particulièrement difficile dans certaines circonstances. Néanmoins, je pense que cette attitude peut nous aider dans la vie quotidienne, notamment à relativiser les choses et remercier pour les défis et les bonnes choses que nous offre la vie chaque jour.

Puede parecer un poco tonto jiji o dificilisimo en ciertas ocasiones. Sin embargo, me parece que esta actitud puede ayudarnos en nuestra vida diaria, para relativizar las cosas y agradecer por los desafíos y las buenas cosas que nos ofrece la vida cada día.

Un exemple, tu dois travailler ou vivre avec une personne froide, distante, triste ou désagréable ? Essaies de saisir l’opportunité de mesurer à quel point ta chaleur, ta gaieté, ta joie de vivre, ton amabilité, sont puissantes et de te reconnecter à elles le plus souvent possible.

Un ejemplo, Tienes que trabajar o vivir con una persona bastante fría, distante, triste o desagradable? Intenta aprovechar esta oportunidad para medir cuanto tu calidez, tu felicidad, tu alegría, tu amabilidad, son potentes y reconectarte a ellas cada vez que puedas.

Observes-toi, demandes-toi pourquoi as-tu tant besoin de la chaleur, l’amabilité ou la joie de vivre des autres.

Toma un tiempo para observarte, para preguntarte porqué necesitas tanto la calidez, la amabilidad o la alegría de lxs demás?

Essaies éventuellement de communiquer avec cette personne, cela peut t’aider à ressentir de l’empathie pour elle, tu peux aussi peut-être lui exprimer ton besoin et lui faire une demande, ou encore poser tes limites.

Intenta, eventualmente, comunicar con esta persona, te puede ayudar a sentir empatía por ella, puedes quizá expresar tu necesidad y pedirle que haga algo por ti, o puedes aprender a poner límites.

Vois ce que cette expérience relationnelle t’apporte de bon : être moins dépendant-e de l’extérieur, communiquer dans des situations délicates, prendre davantage soin de toi, etc.

Ve lo que esta experiencia relacional te puede brindar: depender menos del exterior, saber comunicar en situaciones difíciles, cuidarte mas, etc.

On s’en dit des nouvelles la semaine prochaine 😉 tes commentaires sur cette expérience sont les bienvenus 🙂

Nos mantenemos al tanto la próxima semana 😉 tus comentarios sobre esta experiencia son bienvenidos 🙂

 

Le journal créatif / El diario creativo

As-tu envie d’un outil sympa pour exprimer tes émotions, avoir un temps d’introspection, te poser des questions, trouver des réponses, te détendre, jouer ? Je viens de découvrir une telle chose hihi en lisant le livre d’Anne-Marie Jobin sur le journal créatif.

Tienes ganas de descubrir  una herramienta chida para expresar tus emociones, tener un tiempo de introspección, cuestionarte, encontrar respuestas, soluciones, relajarte, jugar ? Acabo de descubrir semejante herramienta jeje con el libro de Anne-Marie-Jobin sobre el diario creativo (quizá conoces un-a autor-a hispanohablante sobre este tema si es el caso gracias por compartir este informacion conmigo y lxs demás lectorxs en los comentarios :-).

Peut-être en as-tu déjà entendu parler, peut-être le pratiques-tu déjà, en le sachant ou pas hihi (si c’est le cas n’hésites pas à laisser un témoignage sur cet outil en commentaire de cet article 🙂 Et si ce n’est pas le cas, je te dresse un petit topo sur le journal créatif ici, ça te donnera peut-être envie de te lancer et on pourra s’en dire des nouvelles.

Quizá ya oíste hablar de esta herramienta, quizá ya la practicas sabiéndolo o no (si es que ya lo usas me encantaría tener tu testimonio en los comentarios 🙂 De no ser el caso, te explico un poco de que se trata el diario creativo en este articulo,  quizá te dará ganas de lanzarte y podremos compartir como nos va con dicho diario creativo luego.

Le journal créatif porte bien son nom hihi car c’est un journal. On peut le tenir tous les jours, toutes les semaines ou à la fréquence que l’on souhaite en fait, le tout étant d’avoir une certaine régularité pour pouvoir profiter pleinement de ses bienfaits, à mon humble avis de proto-pratiquante. A la différence d’autres types de journaux, où on passe bien souvent uniquement par l’écriture linéaire, que ce soit pour tout y poser, se poser des questions spécifiques (qu’est-ce qui aujourd’hui m’a plu? qu’est-ce qui aujourd’hui m’a moins plus? comment je me sens? etc.) ou y déposer certaines choses exclusivement (par exemple un journal de gratitude où on écrit les choses pour lesquelles on est reconnaissant-e, un journal de compliments dans lequel on écrit les compliments qu’on a donné et reçu etc.), le journal créatif utilise et combine différents médiums: écriture, collage, dessin.

El diario creativo lleva bien su nombre jiji ya que es un diario. Lo podemos hacer cada día, cada semana, o con la frecuencia que deseamos, la cosa es tener cierta regularidad para poder disfrutar de sus beneficios, según mi punto de vista de principiante. A la diferencia de otros tipos de diario, en los cuales usamos muchas veces solo la escritura de manera linear, ya sea para dejar todo ahí, hacerse unas preguntas dadas (qué me gusto hoy? qué no me gusto? como puedo mejorar aquello? como me siento? etc.) o solo escribir cosas en especifico (por ejemplo, un diario de gratitud en el que solo escribimos las cosas por las cuales estamos agradecidxs, un diario de cumplidos en el que solo escribimos los cumplidos que hicimos y los que recibimos, etc.) el diario creativo utiliza y combina la escritura, el dibujo y el collage.

A l’intérieur  de ces médiums, il y a une kyrielle de possibilités dont l’ouvrage d’Anne-Marie nous offre une synthèse. Pour l’écriture, on peut écrire tout ce qui nous passe par la tête ou bien écrire sur un thème ou une image en particulier, on peut écrire de façon non linéaire (spirale, calligramme, bulles, …), écrire un dialogue, une lettre fictive, des listes, de la poésie, des métaphores, inventer des personnages, etc. Pour le dessin, on peut dessiner spontanément, gribouiller, dessiner à partir d’un déclencheur, dessiner des symboles, une silhouette, des mandalas, … Et on peut associer ces méthodes de toutes les façons imaginables pour aborder notre quotidien, aborder un domaine de notre vie en particulier, un plan de notre existence, une question.

Y dentro de estos 3 medios, hay un montón de posibilidades. En cuanto a la escritura, podemos escribir todo lo que nos viene o escribir en un tema dado o a partir de una imagen, podemos escribir de manera no linear (en espiral, caligrama, globitos…), escribir un dialogo, una carta ficticia, una lista, poesía, metáforas, inventar personajes, etc. En cuanto al dibujo, podemos dibujar espontáneamente, dibujar a partir de algo en especifico (una palabra, una imagen, una situación, etc.), dibujar símbolos, mandalas, … Y podemos asociar estos medios de muchas maneras para abordar nuestro cotidiano, un  ámbito de nuestra vida, un plano de nuestra existencia, una cuestión en particular.

Cet outil me branche hihi car pour moi il permet de regrouper différentes choses que je souhaite faire: avoir une réflexion et une analyse de mon existence (hihihi les grands mots sont de sortie), exprimer mes émotions, m’amuser et m’exprimer librement sans prêter attention au résultat. Alors que je viens à peine de me lancer dans cette pratique, je sens déjà qu’il m’est beaucoup plus facile d’exprimer mes émotions et de les décharger en utilisant un support autre que l’écriture, qui aurait personnellement plutôt tendance à me faire tourner en rond, notamment le dessin. Le dessin sans intéret esthétique qu’on se le dise hihi les gribouillis, les taches, les formes symboliques. Je suis aussi contente de trouver un support où je m’autorise à « créer » car je me moque royalement du résultat, je peux donc m’y amuser librement quand le coeur m’en dit 🙂

Esta herramienta me late jiji porque permite hacer varias cosas que para mi son importantes: tener una reflexión y análisis de mi existencia (jijiji las palabrotas), expresar mis emociones, divertirme y expresarme libremente sin prestar atención alguna al resultado. Apenas estoy empezando esta practica, pero ya me doy cuenta que es mucho mas fácil para mi expresar mis emociones, y dejarlas ahí, utilizando otro medio que la escritura y en particular utilizando el dibujo. Nada estético que quede claro jiji tachar, rayar, dibujar formas, símbolos, etc. También me late porque es un espacio en el que me autorizo « crear » porque no importa para nada el resultado ya que es algo personal.

Et toi t’en dit-il? Si jamais, je te recommande l’ouvrage d’Anne- Marie qui offre plein de possibilités concrètes pour le journal créatif en faisant aussi le lien avec des éléments de développement personnel que tu auras pu voir ailleurs, répond à de nombreuses questions (d’où ça vient, à quoi ça sert, quelles difficultés je peux rencontrer dans la pratique, etc.).

Et si tu as des lectures, ou autres, à me recommander sur le thème de la créativité, j’attends ton commentaire 🙂

La verdad, no creo que se puede encontrar el libro de Anne-Marie Jobin en español. Si conoces un-a escritor-a hispanohablante que habla del diario creativo o tienes otras lecturas, u otros medios, que recomendar en este tema y en el tema de la creatividad en general, gracias por comentar este articulo 🙂

 

 

 

Autocuidate / Prends soin de toi

El autocuidado, como la naturopatia jeje, parte del reconocimiento del ser humano como un ser multidimensional (cuerpo, mente, espíritu) parte de un todo más grande que él/ella (entorno socio-cultural, ecológico, etc.). Reconoce también que, por esta condición, el ser tiene varias necesidades que atender. De ahí, el auto-cuidado es una propuesta para que la persona identifique sus necesidades, desde el autoconocimiento, y como las puede atender. Para retomar la definición de Dorotea Owen, el autocuidado es: el cuidado de unx mismx por unx mismx y para unx mismx.

Le soin de soi, c’est le terme qui me semble le plus approprié pour traduire celui d' »autocuidado », car en français « auto-soin » fait plutôt référence à un soin en particulier qu’on se fait à soi-même et pas à cette dimension de soin de soi dans son intégralité. C’est un concept dont Dorotea Owen est à l’origine, il consiste à reconnaitre l’être humain dans ces différents aspects (corps, mental, esprit) parti d’un tout plus grand (environnement socio-culturel, écologique, etc.), comme le fait la naturopathie hihi, et la nécessité qu’il identifie ses besoins, en partant de la connaissance de soi, et comment y répondre. C’est le soin de soi par et pour soi-même.

Muchas veces, escuchamos hablar de autocuidado cuando nos encontramos en una situación de estrés muy fuerte en la hemos dejado de atender nuestras necesidades propias. Situación de conflicto, de represión, sobrecarga laboral, dedicación de su tiempo a lxs demas exclusivamente, etc. Estas situaciones tienen impactos que pueden ser hondos: malestar profundo, enfermedad, dificultades sociales, problemas relacionales, … Frente a esto, pero aconsejo que lo hagan antes de encontrarse en tales situaciones, se trata de volver a empoderarse, hacer lo posible para retomar las riendas de su vida y desarrollar la capacidad a cuidarse.

On entend souvent parler du soin de soi quand on fait face à une situation de stress très important durant laquelle on n’a arrêté de s’occuper de nos besoins propres: conflit, répression, surcharge de travail, utilisation de tout son temps pour prendre soin de autres, etc. Ces situations ont des impacts qui peuvent être très profonds: mal-être important, maladie, difficultés sociales, problèmes relationnels, … Face à ces situations, mais je conseille de s’y intéresser avant, il s’agit de reprendre le pouvoir, essayer de reprendre les commandes de sa vie et développer la capacité à prendre soin de soi.

Para poder hacerlo, aparece desde ahora la necesidad que esta posibilidad sea reconocida, si no es que promovida y acompañada, por el entorno de la persona, ya sea su familia, comunidad, organización, …  Y vemos que para llegar a esto hay bastantes patrones socio-culturales que cambiar para dejar atrás la cultura del sacrificio, entre otras cosas, y entender que una persona tiene derecho a cuidarse y que además es necesario para que siga aportando a la sociedad (si es que solo lo consideramos desde una perspectiva utilitarista). Es bueno recordar este contexto cuando desarrollamos nuestra capacidad de autocuidado porque van a haber muchas resistencias ya sea en nosotrxs mismxs o nuestro entorno.

Pour pouvoir faire cela, on voit déjà l’importance que peut avoir la reconnaissance, voire la promotion et l’accompagnement, de cette possibilité par notre entourage, que ce soit notre famille, notre communauté, l’organisation dans laquelle on travaille et/ou on s’engage, … Et on s’aperçoit que pour en arriver là, il y a de nombreux paradigmes socio-culturels à changer: laisser derrière nous la culture du sacrifice, entre autres, et comprendre qu’un être humain a le droit de prendre soin de soi et qu’en plus c’est carrément nécessaire si on veut qu’il continue à contribuer (si on le voit avec une perspective utilitariste uniquement). C’est important de se rappeler ce contexte, peu propice au soin de soi, quand on commence une démarche comme celle-ci car il va y avoir de nombreuses résistances, que ce soit de notre part ou de celle de notre entourage.

En la práctica, como puedes hacer para autocuidarte? Primero, por mí, se trata de comprometerte contigo mismx, reconocer y valorar el hecho que tienes necesidades y que es valioso querer atenderlas, que no eres alguien egoista y malx por tomarte en cuenta (a ti también jeje). Luego, se trata de identificar tus necesidades en los diferentes planos (al nivel de tu cuerpo, tu mente, tu espíritu, tus relaciones, tus finanzas, etc.) y como las puedes cubrir. Aquí, habrá que ver cuáles son los objetivos que te fijas, lo que priorizas, los recursos que tienes a disposición y las acciones concretas que puedes desarrollar en diferentes plazos de tiempo.

En pratique, comment peux-tu faire pour prendre soin de toi? D’abord, pour moi, il s’agit de prendre un engagement avec toi-même, de reconnaitre et donner de la valeur au fait que tu as des besoins et qu’il est sain de vouloir y répondre, que ce n’est pas être égoïste ou mauvais-e que de se lancer dans cette démarche. Ensuite, il s’agit d’identifier tes besoins sur tous les plans (corps, mental, esprit, relations, économie, etc.) et comment tu peux les couvrir. Essaies de te donner des objectifs, d’identifier aussi tes priorités, les ressources qui sont à ta disposition et les actions concrètes que tu peux mettre en place sur différentes échelles de temps.

De ahí, puedes elaborar un plan bien concreto de autocuidado. Hay varias categorías que pueden entrar en este plan: el tema/ámbito/necesidad, el propósito/objetivo, las dificultades encontradas en la actualidad, las acciones que desarrollar, los plazos, el seguimiento/evaluación. Puse estas categorías así solo para darte ideas, las que van pegadas no quiere decir que son lo mismo solo quiere decir que puedes elegir la categoría que a ti te convenga. Con estas ideas, puedes ir armando tu plan de autocuidado, quizá tendrás más ideas para agregar otras, solo recuerda que la idea es que sea sencillo para que lo puedas aplicar.

A partir de ces éléments, tu peux élaborer ton plan de soin 🙂 Il y a différentes catégories que tu peux insérer dans ce plan: le thème/secteur/besoin, le but/l’objectif, les difficultés que tu rencontres actuellement dans ce domaine, les actions que tu veux mettre en place, à quelle fréquence, le suivi/évaluation que tu peux en faire. J’ai indiqué ces catégories juste pour te donner des idées, celles qui sont collées ensemble ne signifient pas la même chose d’ailleurs, à toi de voir ce qui te convient. Avec ces idées, tu peux construire ton plan, peut-être que tu auras d’autres idées, rappelles toi juste de faire quelque chose de simple pour pouvoir l’appliquer ensuite.

Intenté hacer mi plan de autocuidado de varias maneras y al final lo que hice es lo siguiente: necesidad – objetivo – acciones (cada día, cada semana, cada mes) – cumplimiento. La verdad es que la diferencia entre necesidad y objetivo no siempre es muy obvia, pero en fin. Para darte un ejemplo, identifique la necesidad « descansar lo suficiente » con el objetivo « tener energía y motivación » con acciones cada día: « dormir un promedio de 8 horas », « tener 3 momentos de desconexión al día (mañana, mediodía, noche) » de los cuales « 1 sin interacción alguna », una acción a la semana: « 1 día totalmente libre » y una acción al mes « 1 fin de semana totalmente libre ». Luego de un rato veré si lo voy cumpliendo (última columna de la tabla jeje).

J’ai essayé de faire mon plan de différentes façons, finalement j’ai retenu les catégories suivantes: besoin – objectif – actions (chaque jour, chaque semaine, chaque mois) – suivi. La différence entre besoin et objectif n’est pas toujours très claire pour moi, mais bon. Pour te donner un exemple, j’ai identifié le besoin « me reposer suffisamment », avec l’objectif « avoir de l’énergie et de la motivation », l’action chaque jour de « dormir en moyenne 8 heures », « avoir 3 moments de déconnection (matin, midi, soir) » dont « 1 sans interaction », l’action chaque semaine « avoir 1 jour totalement libre », l’action chaque mois « avoir 1 week-end totalement libre ». Dans un moment, je verrai si j’arrive à remplir ces objectifs.

Puedes ver que, según la persona, las acciones serán diferentes para una misma necesidad. Esto, solo lo puede saber uno mismo. En este caso, quizá solo necesitas 5 horas de sueño, o al revés necesitas 10, o a ti te es totalmente indiferente el número de horas sino que más bien es el contexto que es más importante (como el colchón, el ruido, la luz, etc.).  Y esto solo es un ejemplo, de una necesidad básica además, pero pues puse muchas más en mi plan, que unx no valora como necesidad muchas veces pero que sí lo son, como la necesidad de recreación para darte otra ilustración.

Tu peux voir dès maintenant que, selon la personne, un même besoin peut se traduire différemment et que seule la personne elle-même peut savoir ce qui lui convient. Dans ce cas, pour te reposer suffisamment peut-être que tu n’as besoin que de 5 heures de sommeil par nuit, ou au contraire de 10 heures, ou alors que le nombre d’heures t’est vraiment indifférent et que ce qui compte pour toi c’est plutôt le contexte: matelas, bruit, lumière, etc. Ce n’est qu’un exemple, d’un besoin de base en plus, mais j’en ai beaucoup plus sur mon plan, notamment certains que beaucoup de personnes ne souhaitent pas voir comme un besoin mais qui le sont, comme le besoin de récréation/oisiveté.

Luego, puse estrellas a lo que para mí es realmente prioritario, para cuando no pueda cumplir con todo, saber lo que es realmente fundamental. Porque no se trata tampoco de estresarse por cumplir con todo, todo el tiempo jeje (aunque si nos ponemos objetivos que podemos realizar quizá lo logremos jeje). Más bien se trata de tener estos elementos presentes, y analizar cómo vamos, para restablecer el equilibrio cuando nos alejamos demasiado.

Ensuite, j’ai mis de petites étoiles pour indiquer ce qui est vraiment prioritaire pour moi, pour les moments où je ne peux pas prendre tout en compte. Car il ne s’agit pas non plus de se stresser pour réussir à tout prendre en compte tout le temps (même si peut-être qu’en se donnant des objectifs atteignables ben on pourrait les atteindre hihi mais personnellement j’ai du mal avec ça et j’ai plus besoin d’une utopie vers laquelle tendre). Il s’agit plutôt d’avoir ces éléments présents, et d’analyser comment on les prend en compte dans notre vie, pour rétablir l’équilibre quand on s’en éloigne trop.

Para concluir, algo lindo que podemos hacer también es cumplir nuestras necesidades compartiendo con otras personas que tengan las mismas 🙂 Por ejemplo, necesitas comer sano? Quizá las personas con las cuales vives o trabajas también, por qué no hacerlo juntxs? Esto solo para resaltar que, si bien hay una dimensión individual en el autocuidado, hay una dimensión colectiva importante también ya que, como seres gregarios que somos jeje, bastantes de nuestras necesidades involucran a nuestrxs semejantes, lxs cuales tienen también necesidades, y fuera bueno que todxs conectándonos y apoyándonos las podamos suplir.

Pour conclure, quelque chose de chouette qu’on peut faire en prenant soin de soi, c’est de partager ces moments avec des personnes qui ont les mêmes besoins que nous 🙂 Par exemple, si tu as besoin de manger sainement, peut-être que les personnes avec qui tu vis ou travailles aussi et que vous pouvez partager ça (si la définition de ce qui est sain est raccord héhé). Je dis ça juste pour mettre en avant le fait que, s’il y a bien une dimension individuelle dans la démarche du soin de soi, il y a aussi une dimension collective importante, notamment car comme nous sommes des êtres grégaires hihi, nos besoins incluent les autres, lesquels ont aussi des besoins, c’est pourquoi nous connecter et soutenir pour y répondre, ça semble plutôt une bonne idée 😉

La « faim » émotionnelle

D’après mon amie Wiki (hihihi), la faim, c’est « la sensation, après un certain temps sans manger, qui pousse un être vivant à rechercher de la nourriture« . C’est un mécanisme qui nous permet de survivre, en nous signalant quand notre corps n’a plus de carburant qu’il serait bon de lui en donner. Oui, physiologiquement on est encore constitué-e-s comme des Cro-Magnon (ça a de nombreux impacts au-delà du physiologique d’ailleurs, mais ça, c’est un autre sujet).

Est-ce que la faim est signalée par les fameux gargouillements? Par un creux à l’estomac? Par une envie super pressante de manger, la non moins fameuse fringale? Et bien, je suis au regret de te dire que: non. Les gargouillements et gazouillis sont le signe que tes intestins sont au travail (et qu’il faudrait tout simplement leur ficher la paix). Le creux à l’estomac peut très bien vouloir te dire bien autre chose (« j’ai peur », « je suis stressée »…). Et les fringales sont plutôt liées à nos addictions alimentaires (aux sucres rapides ou lents par exemple) et à nos déséquilibres qu’elles viennent compenser (« ce boulot me gave » littéralement hihi, « je devrais le/la quitter mais je n’y arrive pas », « je n’arrive pas à m’accepter et à m’aimer »…).

Et voilà comment on en arrive, très rapidement, à la « faim » émotionnelle, autrement dit au désir de manger qui s’enclenche quand des émotions sont là et qu’on n’a en fait pas trop envie de les voir. Me concernant, je me suis progressivement rendue compte que la plupart de mes prises alimentaires étaient clairement liées à mes émotions, et non pas à la sensation de faim que je n’expérimente que très rarement. Tu me diras sûrement: « ah non, non, moi c’est pas pareil je mange que quand j’ai faim ». Est-ce que tu as faim tous les jours aux environs de midi, puis de 16h, puis de 20h? As-tu « faim » de pain au chocolat le matin au réveil, de pain et fromage le midi et de tablette de chocolat l’après-midi? As-tu faim dès que tu rentres du travail, très faim dès que tu es en présence d’une personne en particulier? Si tu as répondu oui à au moins une de ces questions, je peux te dire que ta faim aussi est émotionnelle. La faim physiologique, elle, n’est pas réglée sur une horloge, sur un type d’aliment (quand tu as vraiment faim tu peux aussi bien manger un brocoli que du pain selon ce qui est à ta portée), sur la présence ou non d’autres personnes.

Il ne s’agit pas de dire « bouhhhhh que nous sommes vilains avec nos faims émotionnelles ». Non, pas du tout. D’ailleurs, tu remarqueras que, de façon générale, on se trouve tou-te-s des excuses pour camoufler cette faim émotionnelle et la faire passer pour une faim physiologique, toute la société est de mèche, aucun souci. Dès petit, on apprend que si on agit bien peut-être qu’on aura une récompense alimentaire, si on pleure aussi, que dans les bons moments on mange des gâteaux (on boit de l’alcool aussi souvent, bon ça c’est peut-être un peu plus tard selon le profil familial hahaha), qu’il faut manger 3 fois par jour à heure fixe, en famille, etc. Donc, plus grand, on a peur de s’évanouir si on rate un repas, on se console avec des aliments « doudous » dès qu’il se passe un truc, on cale nos repas sur l’heure à laquelle le/la conjoint/e veut manger, etc. Et adieu la place au ressenti physiologique!

C’est pas un drame me diras-tu, du moment qu’on arrive à maintenir un certain équilibre pour éviter de se surcharger en nourriture et en particulier en nourriture « nocive », la nourriture c’est aussi une histoire de plaisir, de socialisation, etc. Je suis bien d’accord, juste rappeler que, bien des fois, on arrive pas à maintenir ce « certain équilibre » (surtout à certaines périodes de l’année, tu vois ce que je veux dire) et que ça explique de nombreuses « maladies de civilisation » (ce terme me fait bien marrer, paie la tronche de ta « civilisation »): obésité, diabète, maladies cardio-vasculaires, …

Personnellement, pour m’aider à retrouver l’équilibre et se reconnecter à la sensation de faim, j’ai maintenant intégré dans ma vie courante la pratique du jeûne. Les deux façons de jeûner que je pratique et qui me semblent très accessibles sont: le jeûne intermittent, dans lequel on laisse le système digestif tranquille pendant au moins 16h (personnellement je ne petit-déjeune plus le matin, mais ça peut aussi se faire dans l’autre sens en ne mangeant plus le soir ou alors en mangeant plus tôt, en fin d’après-midi par exemple, à chacun-e de voir ce qui lui convient); le jeûne hebdomadaire, choisir un jour dans la semaine ou on ne mange pas (personnellement je fais ça tous les vendredis et je kiffe!) ou alors ne faire qu’un repas ce jour-là ou encore une mono-diète. Vraiment, je trouve ce moyen de rééquilibrer les choses vraiment chouette et bien qu’il soit parfois encore très mal vu socialement, mes temps de jeûne sont aussi pour moi un vrai plaisir maintenant (reconnexion au corps, sensations chouettes, sentiments positifs). Si tu veux en savoir plus sur les mécanismes en cours dans le jeûne, tu peux lire cet autre article. 

Mais, ce dont je voulais surtout te parler dans cet article c’est l’aspect émotionnel, plutôt que physiologique, comme le titre de l’article l’indique (héhé). Car en fait, à chaque fois que l’on recourt à la faim émotionnelle, on étouffe la prise de conscience de l’émotion qui nous traverse (au-delà du fait qu’on va se surcharger de nourriture pas forcément très bonne pour nous par ailleurs). Du coup, on freine la connaissance qu’on peut avoir de soi-même (quand il se passe telle chose, je ressens en général telle émotion…), la prise de conscience de choses dans nos vies que l’on pourrait peut-être changer (en fait cette personne me fait tout le temps ressentir telle émotion, peut-être que je devrais prendre mes distances avec elle…).

C’est cet aspect que je souhaite explorer davantage dans les temps à venir. On m’a donnée deux conseils très simples (en apparence héhé) à mettre en place pour essayer de faire cela: quand on souhaite manger, boire un verre d’eau et voir si la sensation de faim est toujours là 5 minutes plus tard (si oui c’est plus probable que ce soit de la faim physiologique mais à vérifier quand même avec la seconde étape), prendre une respiration profonde et se demander qu’est ce qui se passe vraiment en moi? Qu’est ce que je ressens maintenant? Avant de manger.

Même si tu t’en fiches de manger alors que tu n’as pas de faim physiologique, et ce pour divers motifs (tu veux manger avec ta famille, des ami-e-s, des collègues, tu veux te faire plaisir, ou autre), je pense que faire au moins le second exercice peut être très intéressant quand même. Il peut amener des prises de conscience sur nos émotions, qu’on est généralement très peu familiarisé-e à écouter tant qu’elles ne nous submergent pas, en automatisant des instants où on interroge nos ressentis émotionnels, avant chaque prise alimentaire dans ce cas.  C’est ce que j’essaie de faire désormais, même si bien souvent je décide de manger même quand j’identifie clairement que c’est une émotion que je veux étouffer au moins j’ai déjà cette première prise de conscience.

Finalement, de quoi avons-nous peur pour ne pas oser s’interroger sur nos pratiques alimentaires ? Que se passerait-il si en décidant d’être pleinement à l’écoute de soi-même on se rendait compte qu’un seul repas par jour nous convient, que les horaires fixes ne nous correspondent pas, que manger en la présence de telle personne ou dans tel contexte non plus ?

Si vous voulez partager vos ressentis et expériences par rapport à la faim physiologique et émotionnelle, j’en suis bien curieuse, laissez vos commentaires (je vous en remercie d’avance )!!

Bon appétit :-p

Pour les hispanophones, je recommande vraiment cette vidéo sur le sujet !

Le reiki / El reiki

Si jamais tu n’as pas encore rencontré quelqu’un-e qui pratique le reiki, mais je pense que ça a déjà dû t’arriver car c’est en plein essor, et qui a pu t’expliquer ce que c’est, et bien c’est ce que je me propose dans cet article 😮

Si nunca has conocido, todavía, a alguien que practica el reiki, pero pienso que seguramente ya te ha pasado porque esta práctica está en su auge, y que pudo explicarte lo que es, pues es lo que me propongo en este artículo :-0

Reiki est un terme japonais, composé de deux particules: rei qui signifie esprit et ki qui signifie énergie (comme le prana pour celles/ceux qui s’intéressent aux traditions issues de l’Inde, le qi pour celles/ceux qui font du Qi Cong, l’énergie vitale pour les naturopahtes 😉 etc.).

Reiki es un término japonés conformado por dos partículas: rei que significa espíritu y ki que significa energía (como el prana para lxs que se interesan a las tradiciones de la Inda, el qi para lxs que practican Qi Gong, la energía vital para lxs naturopatas 😉 etc.).

On peut donc traduire le terme de reiki par celui d’énergie spirituelle. Certain-e-s parle d’énergie universelle, j’avoue que ces débats ne m’intéressent pas plus que ça. Ce qui est intéressant, c’est surtout son usage 🙂

Podemos traducir este termino por energía espiritual. Algunxs dicen energía universal, debo confesar que estos debates en cuanto al término no me interesan mucho. Lo que es interesante, es sobretodo la practica 🙂

Concrètement, le reiki c’est l’utilisation de cette énergie, par imposition des mains, avec un but de soin, de guérison. Au-delà, c’est une pratique spirituelle, pas dans le sens d’avoir des croyances spirituelles ou religieuses particulières (pas de dogme dans le reiki), mais dans le sens de se connecter à ce qui est plus grand que nous et de ce fait de s’améliorer dans notre existence concrète. En tout cas, c’est comme ça que je le vois, je sais pas si c’est très clair, m’enfin.

Concretamente, el reiki es utilizar esta energía, con una imposición de las manos, con el objetivo de sanar. Más allá, es una práctica espiritual, no en el sentido de tener creencias espirituales o religiosas dadas (no hay dogmas en el reiki), pero en el sentido de conectarse con lo que es más grande que nosotros y de ahí intentar mejorar en nuestra existencia física. Bueno así lo veo yo, no sé si está muy claro pero en fin.

Ce n’est pas juste l’utilisation de l’énergie mais bien aussi une éthique (ne pas utiliser cette énergie n’importe comment, sans l’autorisation des personnes, en faisant miroiter un miracle, ou ce genre de choses exclues du reiki), certains idéaux (tendre vers une vie en harmonie avec soi et les autres êtres, y consacrer du temps, poser de bonnes intentions…), certaines pratiques (des méditations, des techniques pour augmenter son ressenti de l’énergie, se purifier, etc.).

No es solo el uso de la energía, sino también una ética, (no usar esta energía de cualquier manera, sin la autorización de las personas, haciendo creer que vamos a hacer milagros, o este tipo de cosas que quedan excluidas del reiki), ideales (caminar hacia una vida en harmonía consigo y con lxs demás, dedicarle tiempo, emitir buenas intenciones…), ciertas prácticas (meditaciones, técnicas para elevar su sensibilidad a la energía, purificarse, etc.).

Néanmoins, toutes ces choses peuvent varier selon la tradition reiki concernée: japonaise, occidentale, tibétaine, … ou même la personne qui pratique et le contexte dans lequel elle se trouve. Sauf, finalement, le principe même: la transmission d’énergie par imposition des mains (par un toucher direct ou à distance).

Sin embargo, todas estas cosas pueden variar según la tradición reiki en cuestión: japonesa, occidental, tibetana, …. o hasta según la persona que practica y el contexto en el que se encuentra. Lo único que no cambia, al final, es el principio mismo: transmitir la energía por imposición de las manos (directa o a distancia).

Contrairement à d’autres traditions énergétiques, le reiki est ouvert à tout le monde, car il part du principe que tout le monde peut utiliser l’énergie spirituelle. Il suffit d’en avoir l’intention, de pratiquer pour développer sa sensibilité mais aussi d’être initié-e. Les initiations visent surtout à nous expliquer comment utiliser cette énergie, nous transmettre ces connaissances, je pense.

Al contrario de otras tradiciones energéticas, el reiki esta abierto a todo el mundo porque parte del principio que todxs podemos utilizar la energía espiritual. Basta con tener la intención, practicar para desarrollar su sensibilidad pero también haber sido iniciadx. Las iniciaciones tienen como meta, más que nada, explicar cómo utilizar esta energía, transmitir conocimientos, a mi parecer.

Il y a des « niveaux » de reiki, trois ou quatre selon les écoles apparemment, qui correspondent à une maturité et des connaissances progressives du reiki. On est d’abord simple initié-e, puis, si on le souhaite, particien-ne, et enseignant-e, avec de nouvelles connaissances intégrées à chaque fois (soins à distance, symboles, …).

Existen « niveles » de reiki, tres o cuatro según las escuelas, corresponden a una madurez y conocimientos progresivos del reiki. Primero, unx es iniciadx, luego, si quiere por supuesto jeje, se hace expertx, y al final maestrx, con nuevos conocimientos integrados cada vez (curas a distancia, símbolos …).

Personnellement, j’ai été initié-e très récemment. Ce à quoi je ne m’attendais pas, tellement depuis l’extérieur on peut avoir l’impression que c’est une pratique tournée vers les autres, le soin des autres, c’est, qu’en fait, c’est vraiment une pratique d’abord tournée vers soi-même. Après coup, ça me semble plus que logique, c’est comme dans toute approche de soin, il faut se soigner et prendre soin de soi avant de pouvoir s’occuper des autres.

Personalmente, me iniciaron muy recientemente. Lo que no me esperaba, tanto desde el exterior podemos tener la sensación que es una práctica enfocado hacia lxs demás, es que es una práctica antes que nada para unx mismx. Ahora, me parece tan lógico, es como cualquier tipo de sanación, es preciso sanarse y cuidarse antes de poder ayudar a otras personas.

Ce que ça m’a déjà apporté, à ce stade très embryonnaire, ce sont de nouvelles techniques de méditation, que je trouve particulièrement accessibles et pouvant être mises en place dans mon quotidien (les techniques que j’utilise d’habitude me semblent plus difficiles à pratiquer quotidiennement). Mais aussi, un auto-traitement reiki quotidien, et quand j’ai fini mon auto-traitement je me sens comme après une séance de yoga nidra, profondément détendue (sauf que l’auto-traitement je le fais toute seule alors que la séance de nidra je ne sais pas la faire toute seule et ne peux donc pas en faire quotidiennement). Puis, le fait de poser de bonnes intentions tous les jours (bon ça je le faisais déjà avant mais c’est une raison et des moyens supplémentaires pour le faire 🙂 avec notamment la notion de prendre en compte tous les autres êtres dans ces intentions 🙂 ).

Lo que ya me ha brindado el reiki, en este poco tiempo que lo vengo conociendo, son nuevas técnicas de meditación, que me parecen muy accesibles y puedo implementar en mi cotidiano (las técnicas de meditación que utilizo habitualmente son más difíciles de practicar cada día porque toman mas tiempo). Pero también, un auto-tratamiento reiki cotidiano, y cuando termino mi auto-tratamiento, me siento como despues de una sesión de yoga nidra, profundamente relajada (la diferencia es que el auto-tratamiento lo hago sola mientras una sesión de yoga nidra no la sé hacer sola y de ahí no la puedo hacer todox los días). Y también, el hecho de emitir buenas intenciones cada día (bueno esto ya lo hacia en antes pero es una razón y medio suplementarios para hacerlo 🙂 con un punto muy importante que es tomar en cuenta a todxs lxs seres en estas intenciones 🙂 ).

Tu penses que tout ça ce sont des foutaises? Que les médecines énergétiques c’est du vent? Bon, si c’était le cas, je doute que tu aurais lu jusque-là (hihi). Mais, au cas où, je reviens sur ce qui fonde toute démarche énergétique dans cette article: les médecines énergétiques 

Si piensas que todo esto es una insensatez, aunque dudo que hayas leído el artículo hasta aquí si te encuentras en este caso, escribí un artículo en el que explico cuál es el fundamento de las medicines energéticas (y como el insensato eres tu jijiji si no más niegas la existencia de la energía y nuestra facultad en utilizarla) pero no lo he traducido al español todavía, me queda pendiente, en cuanto lo haga pondré el link acá.

Les lectures que je te recommande sur ce thème: un livre de Christophe Roux et un autre de Diane Stein