Vivir en la abundancia

Pensaba primero escribir un artículo sobre el amor, pero ayer me salió, en un vídeo que les comparto al final, este tema de la abundancia. Estuve reflexionando bastante en este tema estos ultimos tiempos (meses) y al final, quizá sea otra cara de la misma moneda (esa del amor).

¿ Qué es la abundancia ? Muchas veces, pensamos primero, o muy rápidamente después, en el dinero, cuando alguien nos habla de abundancia. Pero la abundancia, es mucho más que esto. Tener abundancia en su vida es tener una vida plena, plena de experiencias, encuentros, amor, felicidad, alegría, paz, alineada con sus dones, etc. Y ya se dan cuenta que se puede llegar a esto hasta sin dinero, si viviéramos en una sociedad que no lo usara como principal medio de intercambio fuese mucho más fácil sin dinero claro. El contrario de la abundancia, podría ser la escasez: que te haga falta comida, ropa, un techo, la salud, la alegría, relaciones enriquecedoras, … De ahí, nos damos cuenta que suena mejor vivir en la abundancia que en la escasez, ¿ verdad ?

¿ Pero qué es lo que pasa con esto? Que muchas veces, antes que nuestras vidas presenten escasez, son nuestros pensamientos que presentan escasez. Estamos llenos de miedos de escasez: miedo a no tener suficiente dinero para poder pagar el alquiler, la comida, para no poder viajar, miedo a que no nos quieran, a no tener una relación amorosa o amistades enriquecedoras, … En vez de partir desde el amor y la confianza en la vida, de la conciencia y la gratitud también (porque la mayoría del tiempo lo hemos tenido todo, y cuando no, pues lo hemos superado porque al final lo que somos realmente es un ser lleno que no necesita nada), pues partimos desde nuestros miedos y lo que nos faltó. Y así es como se sigue manifestando la escasez en nuestras vidas: dentro de mí, tengo miedo a faltar de dinero ¿ y qué pasa ? Falto de dinero y además me roban, me despiden, no consigo encontrar un trabajo, y demás. Muy dentro de mí, pienso que no me van a querer porque no soy dign@ de amor y ¿ qué pasa ? Qué me engañan, me dejan botad@, me apartan del grupo, … Sencillamente, lo en qué ponemos nuestra atención (la mayor parte del tiempo inconscientemente), sucede. Al final, la abundancia no tiene nada que ver con el dinero, ya se harán dado cuenta que hay muchas personas que tienen dinero que no tienen una vida plena porque construyeron su riqueza desde el miedo y la predación, al contrario hay personas que no tienen dinero pero tienen una vida mucho más plena porque la construyeron desde el amor.

Y cuidado que no me pongo como dadora de lección para nada, más bien escribir esto me permite concienciar lo que estoy haciendo ahora en mi vida: actuar desde el miedo a faltar. Mientras en los ultimos meses estaba soltando todo esto y nunca he faltado de nada, ahora vuelvo a hacer chambas nada más para el dinero, porque me da miedo faltar a futuro, mientras, durante casi un año, no trabajé nada y no tuve problemas de dinero, y es más, tuve una vida muy llena: de relaciones enriquecedoras, viajes, generosidad, amor y demás. Había declarado hace unos meses, que no quería más trabajar solo por el dinero, si no le veía sentido alguno a un trabajo pues no lo hiciera, pero le había puesto un condicional “pero bueno si es que en algún momento no hay de otra” y es lo que la vida me puso en frente, así mismo como lo declaré yo, pensé que no podía durar y no duro. Porqué todavía me cuesta creer que todo puede fluir y que no necesitamos luchar ni someternos nunca a cosas que no deseamos y que el deseo, cuando viene de lo que realmente somos, se puede manifestar con facilidad. Me cuesta porqué crecí y avancé en la vida con este tipo de modelos: “hay que trabajar duro para ganarse la vida” (perdona que la vida me la gané el día en que nací o más bien me la regalaron en su infinita generosidad este día y ya no se habla más), “no se puede hacer siempre lo que a uno le gusta” (ah, ¿ y porqué ? ¿ de dónde sale esta norma ?). Vi a mi madre, que además de trabajar muy duro y aceptar hacer cosas que no le gustaban, como una parte inevitable de lo que hacia por vocación, con tremendos problemas de dinero, escasez. Reforcé estas creencias en mí y las vinculé: “en la vida hay que trabajar duro y además en algo que no te gusta si no quieres llegar a faltar de dinero y tener problemas para comer, tener un techo, moverte …”. Estas creencias son obsoletas, no me sirven para bien y las tengo que deshacer ya!

En fin, estoy muy agradecida porque ahora tengo una lección muy evidente frente a los ojos, que me permitirá mejorar y bueno, quien sabe, en este trabajito quizá tenga otra cosa más que aprender, personas que encontrar o algo ahí que la vida me quiera dar la oportunidad de experimentar.

Les aconsejo (otra vez jiji) escuchar a Covadonga con este vídeo sobre el tema de la abundancia y vivir en la abundancia, desde su completud, es todo lo que les deseo.

L’argent n’a pas d’odeur

Ouh je vois déjà tes poils se hérisser hihi « Comment ça l’argent n’a pas d’odeur?! Manquerait plus que tu dises que détourner des fonds c’est bien, spéculer c’est génial, vendre des armes encore mieux ». Non, non (ça, nos politiques s’en chargent haha), là n’est pas l’idée de ce billet (hihi), je ne pense pas que la fin (dans un futur hypothétique) justifie les moyens (dans un présent bien réel) et, encore moins, qu’obtenir de l’argent soit une fin en soi (étant donné que c’est un simple moyen d’échange).

J’ai choisi cette expression (qu’on peut attribuer à Vespacien selon mon amie wiki hihi), pour t’interpeller (hihihi) et te parler des projections qu’on fait sur ce satané/béni argent. Satané/béni, derrière ça, des projections, souvent très manichéennes, bien/mal. D’ailleurs, c’est marrant de voir qu’une même personne peut avoir des croyances négatives et positives, en même temps, sur l’argent (de quoi avoir ensuite des comportements pour le moins étranges voire carrément contradictoires). Dans mon cas, par exemple, j’ai tendance à croire que je n’ai pas besoin de beaucoup d’argent pour vivre (et je l’ai vérifié hihi), que l’argent c’est plutôt mauvais car ça attache (à des biens matériels, à un boulot qui nous plait pas, à une lieu fixe, etc.), crée des problèmes (entre personnes d’une même famille, avec les banques, etc.) et, en même temps, que l’argent permet de faire plein de bonnes choses notamment (bien) vivre (les fameux « gagner sa vie », « sortir de la survie », « profiter de la vie » se cachant derrière). Derrière ces croyances, d’autres croyances encore, et des peurs, peur que l’argent puisse changer ma vie, me changer, et même changer le monde, négativement, qu’il y en ait trop ou pas assez (perte de liberté, problèmes dans les relations, précarité, pauvreté, …). Rien de bien appétissant pas vrai?

Mais alors pourquoi je te parle de ça? En fait, je pense qu’on gagnerait tou-te-s à s’interroger sur ce genre de croyances et peurs que l’on traine, c’est un excellent outil de connaissance de soi et d’émancipation. Si tu veux t’amuser à lister tes croyances « positives », « négatives », et tes peurs par rapport à l’argent, tu veras, tu peux sûrement continuer indéfinnement tellement on en a qui viennent de partout (famille, école, travail, culture, expériences de vie, etc.). Si t’as un peu plus de temps à dédier là-dessus, tu peux aussi te remémorer des situations, que tu as vécu ou que d’autres ont vécu, dans lesquelles ces croyances ce sont avérées fausses, ça aide à changer de disquette (oui pardon les disquettes ça existe plus hihi), à relativiser tout ça.

Je pense qu’il est grand temps qu’on se remémore que l’argent n’est qu’un moyen d’échange, parmi d’autres (avant le troc, les échanges de services, maintenant les monnaies locales, banques de temps…), qu’il n’est pas mauvais ou bon en soi, que le mauvais ou le bon vient de comment on le produit et comment on l’utilise, au niveau individuel (est-ce que c’est vraiment le mieux qu’on ait à faire de passer nos journées dans un boulot qu’on déteste pour un smic? d’un boulot qui nous presse comme un citron pour un « bon » salaire? est-ce que c’est vraiment le mieux de dépenser l’argent obtenu pour acheter des bouts de tissus made in China par des enfants? des smartphones tout neufs qui contiennent or, argent, lithium, cobalt… participant à l’essor des mines, l’exploitation des personnes et le ravage de la nature? Etc.), comme au niveau collectif (est-ce normal que notre pays se gave sur l’exploitation des ressources des anciennes colonies? sur la vente d’armes? est-ce légitime de rémunérer un éboueur au smic et un trader avec des sommes qui n’ont aucunes limites? Etc). Et je m’exclus pas du tout du lot (j’ai récemment acheté des tissus made in China, je ferais peut-être très prochainement un boulot merdique pour taper un smic, etc.).

Mais concrètement, au-delà de nos projections que l’on peut conscientiser et chercher à changer (si on le souhaite), qu’est-ce qu’on peut bien faire côté argent pour améliorer notre mode de vie? On peut commencer à s’intéresser à « notre » argent, comment on le produit, comment on l’utilise. Personnellement, un truc aussi basique que se dire que je vais m’intéresser à l’argent qui est en ma possession et à l’usage que j’en fais, ben, c’était pas gagné. J’ai réalisé, il y a peu de temps, que je ne le fais plus depuis un moment, depuis que mes revenus ont dépassés les 500 euros mensuels (à la fin de mes études supérieures). Pourquoi? Parce que ça me stressait tellement de compter chaque euro que dès que j’ai senti que c’était plus obligatoire, adieu le faire ses comptes! Je sais approximativement combien rentre et combien peut sortir chaque mois dans quoi mais, parfois, ça part plus vite et après y a restriction budgétaire de fin de mois (qui peut être longue hihi). Donc déjà, nouvelle bonne résolution, me remettre à faire mes comptes, avec des postes clairement déterminés, ça m’aidera à ne pas dépenser plus que je n’ai et même prévoir un petit montant à épargner (chose que j’ai encore jamais fait de ma vie, j’suis du genre à acheter une voiture – te rassure tout de suite il s’agit d’une cacahuète roulante à 600 euros – ou un billet d’avion sur un mois de salaire et restriction drastique ensuite).

Après, ce serait pas mal aussi de savoir de quel argent j’ai besoin pour quoi, je parle pas des charges courantes mais des projets: qu’est-ce que j’ai vraiment envie de faire, pourquoi utiliser l’argent et pourquoi optimiser les dépenses. Parce que oui, l’argent qu’on peut économiser, c’est déjà celui qu’on dépense pas (byebye surconsommation) et si on le dépense pas peut-être qu’on a pas à le gagner (j’dis ça, j’dis rien).

Et encore après, on peut aussi s’essayer à la diversification de ses sources de revenus. Je trouve cette idée super intéressante, j’ai toujours travaillé dans des associations à but non lucratif et un des principes clés pour avoir un bon modèle économique c’est la diversification des ressources: du public, du privé, de la subvention, du don, du mécénat, … Mais, j’avais jamais pensé à l’appliquer à mon propre modèle économique (hihi). D’ailleurs, j’ai l’impression que peu de personnes y pensent, la plupart du temps on attend juste sur notre salaire, le revenu de notre entreprise spécialisée dans un seul domaine, ou autre, mais toujours une seule et unique source de revenu. Or, pour ne pas se retrouver en difficulté, ou simplement pour optimiser tout ça, pouvoir switcher quand on veut, pourquoi ne pas penser à avoir des sources de revenus diversifiées? Pas le temps? Je pense que plein de choses ne nous prendrait pas tant de temps que ça, et sans qu’il s’agisse de produire plus et consommer plus. Louer sa voiture quand on s’en sert pas, pareil pour son logement, donner un cours de quelque chose dans lequel on est bon-ne, garder le chat du voisin (quand on apprécie plus la compagnie des félins que de nos homologues hihihi). Y a une bonne liste à faire des ressources matérielles et immatérielles qu’on peut partager avec les autres, que ce soit contre rémunération, sous forme de prêt, ou de don (hum le don, encore une idée pour un prochain article!). Et en plus, d’un coup, quelque soit notre situation, on va se rendre compte qu’on est riche et qu’on a plein de choses à offrir au monde 🙂