Zéro déchet, je me réveille (enfin !)

A la suite de nombreuses copines, il m’en aura fallu du temps, je me plonge dans le zéro déchet ! Quoi tu te plonges dans les déchets?!! Mouais, enfin l’idée c’est plutôt de ne plus s’y plonger justement. Enfin plutôt de ne pas y faire s’y plonger de force les habitant-e-s des mers, des rivières, des sous-sols, les générations futures et compagnie! Le 6ème continent de déchets au milieu de l’océan, ça te rappelle quelque chose? Sans compter celui qu’on enfouit sous les nôtres de continents, enfin c’est vrai que quand c’est sur les continents des autres encore mieux, y a qu’à voir ce qu’on fait de nos déchets nucléaires… M’enfin nous éloignons pas trop du délire encore plus proche de nous (quoique l’ordi qui marche au nucléaire qui est en ce moment même sous mes doigts n’est pas très loin, mais bref).

Donc le zéro quoi? Sait-on jamais que tu te sois fait séquestré-e dans un Super (quelle ironie ce nom) tout ce temps et que tu saches pas de ce que je cause: le zéro déchet, c’est essayer de ne plus produire de déchets. Facile! Tu parles!! Pas facile quand on voit comment tout fonctionne actuellement, mets les pieds sous les néons et regardes bien, oui, ce qu’on (le fameux con qui dit pas son nom) te vend, en fait ce sont des déchets. Ouais, vu comme ça, ça fait moins rêver de faire des achats pas vrai? Je suis fan de cette image, quand je me ballades au Superconneriesenplastocpartoutclaquetonsmicàlacaisseendeuxdeux ça me donne plus du tout envie de m’y balader en fait. Ben ouais, un concombre enrobé de plastique que t’es même pas arrivé-e chez toi tu peux déjà le jeter, des tomates en barquette de plastique et plastifié par-dessus, pourquoi jeter qu’un truc quand tu peux en jeter deux, etc. Y a donc du boulot! Commencer par arrêter d’aller au Superconneriesenplastocpartoutclaquetonsmicàlacaisseendeuxdeux. Fastoche, au marché y a presque tout, c’est moins cher, c’est meilleur et pour le reste, le magasin bio et ses produits en vrac. Oui, tu peux dire adios à tes pepitos et commencer à te faire des tailles de gâteau chez toi, c’est plutôt pas mal en fait nan? Ok, ça demande de l’organisation, planifier, cuisiner. Quand je pense à ma dernière virée, on a bien mangé sain avec les copines, mais bien mangé enrobé de plastoc (les bananes, les fraises sous plastoc, les amandes, les gâteaux – oui oui sain faut pas pousser non plus hihi – sous alu-plastoc), grrrrr le Superconneriesenplastocpartoutclaquetonsmicàlacaisseendeuxdeux.

Alors le principe de base, éviter au maximum tous les déchets non recyclables (barquettes plastiques, films plastiques, sachet alu-plastique, tout ça tout ça), privilégier donc les déchets recyclables (carton, papier, verre, certains plastiques) mais essayer de les réduire progressivement au max aussi car il faut bien de l’énergie pour les produire et pour les recycler et ils ne sont pas recyclés à 100% en plus. Tout ce qui est organique, au compost! Même si t’es en ville tu peux le faire, y a des bordels exprès pour le faire maintenant, tout ce que tu n’utilises plus: tu donnes, tu vends. Le but: réduire son impact négatif sur l’environnement, sur sa santé (miam miam les particules d’alu, le plastique tout chaud sorti du micro-ondes,…), celle des autres êtres vivants, etc.

Bon, partir faire ses courses avec un sac et pas acheter des sacs en plastique, ça c’est bon tout le monde (presque) le fait déjà. Passer maintenant au niveau supérieur: acheter des trucs qu’on peut mettre dans des contenants réutilisables. C’est l’objectif de mon prochain marché, le fromage là, dans le tup, pas besoin du petit papier truc dessus en fait. Bon le vrac, va falloir retrouver un magasin par ici, tant pis si c’est plus loin faudra mieux s’organiser et y aller une fois par mois seulement, ça ira bien! Et byebye Carrouf qui plastique tout comme c’est pas possible.

La cuisine, c’est bon, le tout frais, tout préparer moi-même je pratique déjà sauf quand restau où repas servi dans des trucs non jetables (j’en ai eu des rechutes jettables, à proscrire à l’avenir).

Les produits d’entretien, pareil, avec une mater fan de vinaigre blanc, j’ai été à bonne école. T’achètes bicarbonate, savon noir, vinaigre blanc, savon de Marseille et, en ce qui me concerne, c’est plié!

Les cosmétiques, hinhin, là ça devient intéressant aussi en termes d’économies (comme pour les produits d’entretien), savon je kife, en Amérique latine le gel douche ça coûte une blinde donc je me suis réhabituée, p’tit savon à la cire d’abeille, le délice, va falloir trouver un truc solide pour le shampoing, et bim! Coupe menstruelle, check. Le déo, ça a toujours été ma grande interrogation, on vient de me donner deux tips: huile essentielle de palmarosa, bicarbonate, à tester! L’argile, j’te l’ai dit la dernière fois, ça y est, c’est ma meilleure amie. Bon la cire, j’avais essayé le fait maison au sucre, ça avait pas trop marché, donc retour chez l’ésthéticienne mais ça coûte cher et ça jette grave de la bandelette donc je vais re-tester la cire maison sucre, eau, miel, citron, apparemment ça le fait. Hydratation avec des huiles végétales, hum l’huile de coco, ça me fait penser à des p’tits gâteaux (oui addiction au sucre I know), tous les matins, le pied! Mais bon l’olive (attention ça fait du bien aux poils 😉 ), l’amande, le sésame, tout ce que tu veux, ça le fait aussi! Pareil pour le démaquillant: huiles végétales. Et le maquillage, y a des recettes, tout plein, bon j’avoue, j’ai la flemme là (bouuuhouuuu), je me maquille pas souvent, pas beaucoup et j’achète les produits d’une marque de trucs naturels et presque quasi tout bio. Des pistes, des pistes, des choses à mettre en place 🙂

Et y en a encore plein d’autres des idées concrètes, même qu’y a un plan d’action dans : Famille presque Zéro Déchet.