Le journal créatif / El diario creativo

As-tu envie d’un outil sympa pour exprimer tes émotions, avoir un temps d’introspection, te poser des questions, trouver des réponses, te détendre, jouer ? Je viens de découvrir une telle chose hihi en lisant le livre d’Anne-Marie Jobin sur le journal créatif.

Tienes ganas de descubrir  una herramienta chida para expresar tus emociones, tener un tiempo de introspección, cuestionarte, encontrar respuestas, soluciones, relajarte, jugar ? Acabo de descubrir semejante herramienta jeje con el libro de Anne-Marie-Jobin sobre el diario creativo (quizá conoces un-a autor-a hispanohablante sobre este tema si es el caso gracias por compartir este informacion conmigo y lxs demás lectorxs en los comentarios :-).

Peut-être en as-tu déjà entendu parler, peut-être le pratiques-tu déjà, en le sachant ou pas hihi (si c’est le cas n’hésites pas à laisser un témoignage sur cet outil en commentaire de cet article 🙂 Et si ce n’est pas le cas, je te dresse un petit topo sur le journal créatif ici, ça te donnera peut-être envie de te lancer et on pourra s’en dire des nouvelles.

Quizá ya oíste hablar de esta herramienta, quizá ya la practicas sabiéndolo o no (si es que ya lo usas me encantaría tener tu testimonio en los comentarios 🙂 De no ser el caso, te explico un poco de que se trata el diario creativo en este articulo,  quizá te dará ganas de lanzarte y podremos compartir como nos va con dicho diario creativo luego.

Le journal créatif porte bien son nom hihi car c’est un journal. On peut le tenir tous les jours, toutes les semaines ou à la fréquence que l’on souhaite en fait, le tout étant d’avoir une certaine régularité pour pouvoir profiter pleinement de ses bienfaits, à mon humble avis de proto-pratiquante. A la différence d’autres types de journaux, où on passe bien souvent uniquement par l’écriture linéaire, que ce soit pour tout y poser, se poser des questions spécifiques (qu’est-ce qui aujourd’hui m’a plu? qu’est-ce qui aujourd’hui m’a moins plus? comment je me sens? etc.) ou y déposer certaines choses exclusivement (par exemple un journal de gratitude où on écrit les choses pour lesquelles on est reconnaissant-e, un journal de compliments dans lequel on écrit les compliments qu’on a donné et reçu etc.), le journal créatif utilise et combine différents médiums: écriture, collage, dessin.

El diario creativo lleva bien su nombre jiji ya que es un diario. Lo podemos hacer cada día, cada semana, o con la frecuencia que deseamos, la cosa es tener cierta regularidad para poder disfrutar de sus beneficios, según mi punto de vista de principiante. A la diferencia de otros tipos de diario, en los cuales usamos muchas veces solo la escritura de manera linear, ya sea para dejar todo ahí, hacerse unas preguntas dadas (qué me gusto hoy? qué no me gusto? como puedo mejorar aquello? como me siento? etc.) o solo escribir cosas en especifico (por ejemplo, un diario de gratitud en el que solo escribimos las cosas por las cuales estamos agradecidxs, un diario de cumplidos en el que solo escribimos los cumplidos que hicimos y los que recibimos, etc.) el diario creativo utiliza y combina la escritura, el dibujo y el collage.

A l’intérieur  de ces médiums, il y a une kyrielle de possibilités dont l’ouvrage d’Anne-Marie nous offre une synthèse. Pour l’écriture, on peut écrire tout ce qui nous passe par la tête ou bien écrire sur un thème ou une image en particulier, on peut écrire de façon non linéaire (spirale, calligramme, bulles, …), écrire un dialogue, une lettre fictive, des listes, de la poésie, des métaphores, inventer des personnages, etc. Pour le dessin, on peut dessiner spontanément, gribouiller, dessiner à partir d’un déclencheur, dessiner des symboles, une silhouette, des mandalas, … Et on peut associer ces méthodes de toutes les façons imaginables pour aborder notre quotidien, aborder un domaine de notre vie en particulier, un plan de notre existence, une question.

Y dentro de estos 3 medios, hay un montón de posibilidades. En cuanto a la escritura, podemos escribir todo lo que nos viene o escribir en un tema dado o a partir de una imagen, podemos escribir de manera no linear (en espiral, caligrama, globitos…), escribir un dialogo, una carta ficticia, una lista, poesía, metáforas, inventar personajes, etc. En cuanto al dibujo, podemos dibujar espontáneamente, dibujar a partir de algo en especifico (una palabra, una imagen, una situación, etc.), dibujar símbolos, mandalas, … Y podemos asociar estos medios de muchas maneras para abordar nuestro cotidiano, un  ámbito de nuestra vida, un plano de nuestra existencia, una cuestión en particular.

Cet outil me branche hihi car pour moi il permet de regrouper différentes choses que je souhaite faire: avoir une réflexion et une analyse de mon existence (hihihi les grands mots sont de sortie), exprimer mes émotions, m’amuser et m’exprimer librement sans prêter attention au résultat. Alors que je viens à peine de me lancer dans cette pratique, je sens déjà qu’il m’est beaucoup plus facile d’exprimer mes émotions et de les décharger en utilisant un support autre que l’écriture, qui aurait personnellement plutôt tendance à me faire tourner en rond, notamment le dessin. Le dessin sans intéret esthétique qu’on se le dise hihi les gribouillis, les taches, les formes symboliques. Je suis aussi contente de trouver un support où je m’autorise à « créer » car je me moque royalement du résultat, je peux donc m’y amuser librement quand le coeur m’en dit 🙂

Esta herramienta me late jiji porque permite hacer varias cosas que para mi son importantes: tener una reflexión y análisis de mi existencia (jijiji las palabrotas), expresar mis emociones, divertirme y expresarme libremente sin prestar atención alguna al resultado. Apenas estoy empezando esta practica, pero ya me doy cuenta que es mucho mas fácil para mi expresar mis emociones, y dejarlas ahí, utilizando otro medio que la escritura y en particular utilizando el dibujo. Nada estético que quede claro jiji tachar, rayar, dibujar formas, símbolos, etc. También me late porque es un espacio en el que me autorizo « crear » porque no importa para nada el resultado ya que es algo personal.

Et toi t’en dit-il? Si jamais, je te recommande l’ouvrage d’Anne- Marie qui offre plein de possibilités concrètes pour le journal créatif en faisant aussi le lien avec des éléments de développement personnel que tu auras pu voir ailleurs, répond à de nombreuses questions (d’où ça vient, à quoi ça sert, quelles difficultés je peux rencontrer dans la pratique, etc.).

Et si tu as des lectures, ou autres, à me recommander sur le thème de la créativité, j’attends ton commentaire 🙂

La verdad, no creo que se puede encontrar el libro de Anne-Marie Jobin en español. Si conoces un-a escritor-a hispanohablante que habla del diario creativo o tienes otras lecturas, u otros medios, que recomendar en este tema y en el tema de la creatividad en general, gracias por comentar este articulo 🙂

 

 

 

Autocuidate / Prends soin de toi

El autocuidado, como la naturopatia jeje, parte del reconocimiento del ser humano como un ser multidimensional (cuerpo, mente, espíritu) parte de un todo más grande que él/ella (entorno socio-cultural, ecológico, etc.). Reconoce también que, por esta condición, el ser tiene varias necesidades que atender. De ahí, el auto-cuidado es una propuesta para que la persona identifique sus necesidades, desde el autoconocimiento, y como las puede atender. Para retomar la definición de Dorotea Owen, el autocuidado es: el cuidado de unx mismx por unx mismx y para unx mismx.

Le soin de soi, c’est le terme qui me semble le plus approprié pour traduire celui d' »autocuidado », car en français « auto-soin » fait plutôt référence à un soin en particulier qu’on se fait à soi-même et pas à cette dimension de soin de soi dans son intégralité. C’est un concept dont Dorotea Owen est à l’origine, il consiste à reconnaitre l’être humain dans ces différents aspects (corps, mental, esprit) parti d’un tout plus grand (environnement socio-culturel, écologique, etc.), comme le fait la naturopathie hihi, et la nécessité qu’il identifie ses besoins, en partant de la connaissance de soi, et comment y répondre. C’est le soin de soi par et pour soi-même.

Muchas veces, escuchamos hablar de autocuidado cuando nos encontramos en una situación de estrés muy fuerte en la hemos dejado de atender nuestras necesidades propias. Situación de conflicto, de represión, sobrecarga laboral, dedicación de su tiempo a lxs demas exclusivamente, etc. Estas situaciones tienen impactos que pueden ser hondos: malestar profundo, enfermedad, dificultades sociales, problemas relacionales, … Frente a esto, pero aconsejo que lo hagan antes de encontrarse en tales situaciones, se trata de volver a empoderarse, hacer lo posible para retomar las riendas de su vida y desarrollar la capacidad a cuidarse.

On entend souvent parler du soin de soi quand on fait face à une situation de stress très important durant laquelle on n’a arrêté de s’occuper de nos besoins propres: conflit, répression, surcharge de travail, utilisation de tout son temps pour prendre soin de autres, etc. Ces situations ont des impacts qui peuvent être très profonds: mal-être important, maladie, difficultés sociales, problèmes relationnels, … Face à ces situations, mais je conseille de s’y intéresser avant, il s’agit de reprendre le pouvoir, essayer de reprendre les commandes de sa vie et développer la capacité à prendre soin de soi.

Para poder hacerlo, aparece desde ahora la necesidad que esta posibilidad sea reconocida, si no es que promovida y acompañada, por el entorno de la persona, ya sea su familia, comunidad, organización, …  Y vemos que para llegar a esto hay bastantes patrones socio-culturales que cambiar para dejar atrás la cultura del sacrificio, entre otras cosas, y entender que una persona tiene derecho a cuidarse y que además es necesario para que siga aportando a la sociedad (si es que solo lo consideramos desde una perspectiva utilitarista). Es bueno recordar este contexto cuando desarrollamos nuestra capacidad de autocuidado porque van a haber muchas resistencias ya sea en nosotrxs mismxs o nuestro entorno.

Pour pouvoir faire cela, on voit déjà l’importance que peut avoir la reconnaissance, voire la promotion et l’accompagnement, de cette possibilité par notre entourage, que ce soit notre famille, notre communauté, l’organisation dans laquelle on travaille et/ou on s’engage, … Et on s’aperçoit que pour en arriver là, il y a de nombreux paradigmes socio-culturels à changer: laisser derrière nous la culture du sacrifice, entre autres, et comprendre qu’un être humain a le droit de prendre soin de soi et qu’en plus c’est carrément nécessaire si on veut qu’il continue à contribuer (si on le voit avec une perspective utilitariste uniquement). C’est important de se rappeler ce contexte, peu propice au soin de soi, quand on commence une démarche comme celle-ci car il va y avoir de nombreuses résistances, que ce soit de notre part ou de celle de notre entourage.

En la práctica, como puedes hacer para autocuidarte? Primero, por mí, se trata de comprometerte contigo mismx, reconocer y valorar el hecho que tienes necesidades y que es valioso querer atenderlas, que no eres alguien egoista y malx por tomarte en cuenta (a ti también jeje). Luego, se trata de identificar tus necesidades en los diferentes planos (al nivel de tu cuerpo, tu mente, tu espíritu, tus relaciones, tus finanzas, etc.) y como las puedes cubrir. Aquí, habrá que ver cuáles son los objetivos que te fijas, lo que priorizas, los recursos que tienes a disposición y las acciones concretas que puedes desarrollar en diferentes plazos de tiempo.

En pratique, comment peux-tu faire pour prendre soin de toi? D’abord, pour moi, il s’agit de prendre un engagement avec toi-même, de reconnaitre et donner de la valeur au fait que tu as des besoins et qu’il est sain de vouloir y répondre, que ce n’est pas être égoïste ou mauvais-e que de se lancer dans cette démarche. Ensuite, il s’agit d’identifier tes besoins sur tous les plans (corps, mental, esprit, relations, économie, etc.) et comment tu peux les couvrir. Essaies de te donner des objectifs, d’identifier aussi tes priorités, les ressources qui sont à ta disposition et les actions concrètes que tu peux mettre en place sur différentes échelles de temps.

De ahí, puedes elaborar un plan bien concreto de autocuidado. Hay varias categorías que pueden entrar en este plan: el tema/ámbito/necesidad, el propósito/objetivo, las dificultades encontradas en la actualidad, las acciones que desarrollar, los plazos, el seguimiento/evaluación. Puse estas categorías así solo para darte ideas, las que van pegadas no quiere decir que son lo mismo solo quiere decir que puedes elegir la categoría que a ti te convenga. Con estas ideas, puedes ir armando tu plan de autocuidado, quizá tendrás más ideas para agregar otras, solo recuerda que la idea es que sea sencillo para que lo puedas aplicar.

A partir de ces éléments, tu peux élaborer ton plan de soin 🙂 Il y a différentes catégories que tu peux insérer dans ce plan: le thème/secteur/besoin, le but/l’objectif, les difficultés que tu rencontres actuellement dans ce domaine, les actions que tu veux mettre en place, à quelle fréquence, le suivi/évaluation que tu peux en faire. J’ai indiqué ces catégories juste pour te donner des idées, celles qui sont collées ensemble ne signifient pas la même chose d’ailleurs, à toi de voir ce qui te convient. Avec ces idées, tu peux construire ton plan, peut-être que tu auras d’autres idées, rappelles toi juste de faire quelque chose de simple pour pouvoir l’appliquer ensuite.

Intenté hacer mi plan de autocuidado de varias maneras y al final lo que hice es lo siguiente: necesidad – objetivo – acciones (cada día, cada semana, cada mes) – cumplimiento. La verdad es que la diferencia entre necesidad y objetivo no siempre es muy obvia, pero en fin. Para darte un ejemplo, identifique la necesidad « descansar lo suficiente » con el objetivo « tener energía y motivación » con acciones cada día: « dormir un promedio de 8 horas », « tener 3 momentos de desconexión al día (mañana, mediodía, noche) » de los cuales « 1 sin interacción alguna », una acción a la semana: « 1 día totalmente libre » y una acción al mes « 1 fin de semana totalmente libre ». Luego de un rato veré si lo voy cumpliendo (última columna de la tabla jeje).

J’ai essayé de faire mon plan de différentes façons, finalement j’ai retenu les catégories suivantes: besoin – objectif – actions (chaque jour, chaque semaine, chaque mois) – suivi. La différence entre besoin et objectif n’est pas toujours très claire pour moi, mais bon. Pour te donner un exemple, j’ai identifié le besoin « me reposer suffisamment », avec l’objectif « avoir de l’énergie et de la motivation », l’action chaque jour de « dormir en moyenne 8 heures », « avoir 3 moments de déconnection (matin, midi, soir) » dont « 1 sans interaction », l’action chaque semaine « avoir 1 jour totalement libre », l’action chaque mois « avoir 1 week-end totalement libre ». Dans un moment, je verrai si j’arrive à remplir ces objectifs.

Puedes ver que, según la persona, las acciones serán diferentes para una misma necesidad. Esto, solo lo puede saber uno mismo. En este caso, quizá solo necesitas 5 horas de sueño, o al revés necesitas 10, o a ti te es totalmente indiferente el número de horas sino que más bien es el contexto que es más importante (como el colchón, el ruido, la luz, etc.).  Y esto solo es un ejemplo, de una necesidad básica además, pero pues puse muchas más en mi plan, que unx no valora como necesidad muchas veces pero que sí lo son, como la necesidad de recreación para darte otra ilustración.

Tu peux voir dès maintenant que, selon la personne, un même besoin peut se traduire différemment et que seule la personne elle-même peut savoir ce qui lui convient. Dans ce cas, pour te reposer suffisamment peut-être que tu n’as besoin que de 5 heures de sommeil par nuit, ou au contraire de 10 heures, ou alors que le nombre d’heures t’est vraiment indifférent et que ce qui compte pour toi c’est plutôt le contexte: matelas, bruit, lumière, etc. Ce n’est qu’un exemple, d’un besoin de base en plus, mais j’en ai beaucoup plus sur mon plan, notamment certains que beaucoup de personnes ne souhaitent pas voir comme un besoin mais qui le sont, comme le besoin de récréation/oisiveté.

Luego, puse estrellas a lo que para mí es realmente prioritario, para cuando no pueda cumplir con todo, saber lo que es realmente fundamental. Porque no se trata tampoco de estresarse por cumplir con todo, todo el tiempo jeje (aunque si nos ponemos objetivos que podemos realizar quizá lo logremos jeje). Más bien se trata de tener estos elementos presentes, y analizar cómo vamos, para restablecer el equilibrio cuando nos alejamos demasiado.

Ensuite, j’ai mis de petites étoiles pour indiquer ce qui est vraiment prioritaire pour moi, pour les moments où je ne peux pas prendre tout en compte. Car il ne s’agit pas non plus de se stresser pour réussir à tout prendre en compte tout le temps (même si peut-être qu’en se donnant des objectifs atteignables ben on pourrait les atteindre hihi mais personnellement j’ai du mal avec ça et j’ai plus besoin d’une utopie vers laquelle tendre). Il s’agit plutôt d’avoir ces éléments présents, et d’analyser comment on les prend en compte dans notre vie, pour rétablir l’équilibre quand on s’en éloigne trop.

Para concluir, algo lindo que podemos hacer también es cumplir nuestras necesidades compartiendo con otras personas que tengan las mismas 🙂 Por ejemplo, necesitas comer sano? Quizá las personas con las cuales vives o trabajas también, por qué no hacerlo juntxs? Esto solo para resaltar que, si bien hay una dimensión individual en el autocuidado, hay una dimensión colectiva importante también ya que, como seres gregarios que somos jeje, bastantes de nuestras necesidades involucran a nuestrxs semejantes, lxs cuales tienen también necesidades, y fuera bueno que todxs conectándonos y apoyándonos las podamos suplir.

Pour conclure, quelque chose de chouette qu’on peut faire en prenant soin de soi, c’est de partager ces moments avec des personnes qui ont les mêmes besoins que nous 🙂 Par exemple, si tu as besoin de manger sainement, peut-être que les personnes avec qui tu vis ou travailles aussi et que vous pouvez partager ça (si la définition de ce qui est sain est raccord héhé). Je dis ça juste pour mettre en avant le fait que, s’il y a bien une dimension individuelle dans la démarche du soin de soi, il y a aussi une dimension collective importante, notamment car comme nous sommes des êtres grégaires hihi, nos besoins incluent les autres, lesquels ont aussi des besoins, c’est pourquoi nous connecter et soutenir pour y répondre, ça semble plutôt une bonne idée 😉

La « faim » émotionnelle

D’après mon amie Wiki (hihihi), la faim, c’est « la sensation, après un certain temps sans manger, qui pousse un être vivant à rechercher de la nourriture« . C’est un mécanisme qui nous permet de survivre, en nous signalant quand notre corps n’a plus de carburant qu’il serait bon de lui en donner. Oui, physiologiquement on est encore constitué-e-s comme des Cro-Magnon (ça a de nombreux impacts au-delà du physiologique d’ailleurs, mais ça, c’est un autre sujet).

Est-ce que la faim est signalée par les fameux gargouillements? Par un creux à l’estomac? Par une envie super pressante de manger, la non moins fameuse fringale? Et bien, je suis au regret de te dire que: non. Les gargouillements et gazouillis sont le signe que tes intestins sont au travail (et qu’il faudrait tout simplement leur ficher la paix). Le creux à l’estomac peut très bien vouloir te dire bien autre chose (« j’ai peur », « je suis stressée »…). Et les fringales sont plutôt liées à nos addictions alimentaires (aux sucres rapides ou lents par exemple) et à nos déséquilibres qu’elles viennent compenser (« ce boulot me gave » littéralement hihi, « je devrais le/la quitter mais je n’y arrive pas », « je n’arrive pas à m’accepter et à m’aimer »…).

Et voilà comment on en arrive, très rapidement, à la « faim » émotionnelle, autrement dit au désir de manger qui s’enclenche quand des émotions sont là et qu’on n’a en fait pas trop envie de les voir. Me concernant, je me suis progressivement rendue compte que la plupart de mes prises alimentaires étaient clairement liées à mes émotions, et non pas à la sensation de faim que je n’expérimente que très rarement. Tu me diras sûrement: « ah non, non, moi c’est pas pareil je mange que quand j’ai faim ». Est-ce que tu as faim tous les jours aux environs de midi, puis de 16h, puis de 20h? As-tu « faim » de pain au chocolat le matin au réveil, de pain et fromage le midi et de tablette de chocolat l’après-midi? As-tu faim dès que tu rentres du travail, très faim dès que tu es en présence d’une personne en particulier? Si tu as répondu oui à au moins une de ces questions, je peux te dire que ta faim aussi est émotionnelle. La faim physiologique, elle, n’est pas réglée sur une horloge, sur un type d’aliment (quand tu as vraiment faim tu peux aussi bien manger un brocoli que du pain selon ce qui est à ta portée), sur la présence ou non d’autres personnes.

Il ne s’agit pas de dire « bouhhhhh que nous sommes vilains avec nos faims émotionnelles ». Non, pas du tout. D’ailleurs, tu remarqueras que, de façon générale, on se trouve tou-te-s des excuses pour camoufler cette faim émotionnelle et la faire passer pour une faim physiologique, toute la société est de mèche, aucun souci. Dès petit, on apprend que si on agit bien peut-être qu’on aura une récompense alimentaire, si on pleure aussi, que dans les bons moments on mange des gâteaux (on boit de l’alcool aussi souvent, bon ça c’est peut-être un peu plus tard selon le profil familial hahaha), qu’il faut manger 3 fois par jour à heure fixe, en famille, etc. Donc, plus grand, on a peur de s’évanouir si on rate un repas, on se console avec des aliments « doudous » dès qu’il se passe un truc, on cale nos repas sur l’heure à laquelle le/la conjoint/e veut manger, etc. Et adieu la place au ressenti physiologique!

C’est pas un drame me diras-tu, du moment qu’on arrive à maintenir un certain équilibre pour éviter de se surcharger en nourriture et en particulier en nourriture « nocive », la nourriture c’est aussi une histoire de plaisir, de socialisation, etc. Je suis bien d’accord, juste rappeler que, bien des fois, on arrive pas à maintenir ce « certain équilibre » (surtout à certaines périodes de l’année, tu vois ce que je veux dire) et que ça explique de nombreuses « maladies de civilisation » (ce terme me fait bien marrer, paie la tronche de ta « civilisation »): obésité, diabète, maladies cardio-vasculaires, …

Personnellement, pour m’aider à retrouver l’équilibre et se reconnecter à la sensation de faim, j’ai maintenant intégré dans ma vie courante la pratique du jeûne. Les deux façons de jeûner que je pratique et qui me semblent très accessibles sont: le jeûne intermittent, dans lequel on laisse le système digestif tranquille pendant au moins 16h (personnellement je ne petit-déjeune plus le matin, mais ça peut aussi se faire dans l’autre sens en ne mangeant plus le soir ou alors en mangeant plus tôt, en fin d’après-midi par exemple, à chacun-e de voir ce qui lui convient); le jeûne hebdomadaire, choisir un jour dans la semaine ou on ne mange pas (personnellement je fais ça tous les vendredis et je kiffe!) ou alors ne faire qu’un repas ce jour-là ou encore une mono-diète. Vraiment, je trouve ce moyen de rééquilibrer les choses vraiment chouette et bien qu’il soit parfois encore très mal vu socialement, mes temps de jeûne sont aussi pour moi un vrai plaisir maintenant (reconnexion au corps, sensations chouettes, sentiments positifs). Si tu veux en savoir plus sur les mécanismes en cours dans le jeûne, tu peux lire cet autre article. 

Mais, ce dont je voulais surtout te parler dans cet article c’est l’aspect émotionnel, plutôt que physiologique, comme le titre de l’article l’indique (héhé). Car en fait, à chaque fois que l’on recourt à la faim émotionnelle, on étouffe la prise de conscience de l’émotion qui nous traverse (au-delà du fait qu’on va se surcharger de nourriture pas forcément très bonne pour nous par ailleurs). Du coup, on freine la connaissance qu’on peut avoir de soi-même (quand il se passe telle chose, je ressens en général telle émotion…), la prise de conscience de choses dans nos vies que l’on pourrait peut-être changer (en fait cette personne me fait tout le temps ressentir telle émotion, peut-être que je devrais prendre mes distances avec elle…).

C’est cet aspect que je souhaite explorer davantage dans les temps à venir. On m’a donnée deux conseils très simples (en apparence héhé) à mettre en place pour essayer de faire cela: quand on souhaite manger, boire un verre d’eau et voir si la sensation de faim est toujours là 5 minutes plus tard (si oui c’est plus probable que ce soit de la faim physiologique mais à vérifier quand même avec la seconde étape), prendre une respiration profonde et se demander qu’est ce qui se passe vraiment en moi? Qu’est ce que je ressens maintenant? Avant de manger.

Même si tu t’en fiches de manger alors que tu n’as pas de faim physiologique, et ce pour divers motifs (tu veux manger avec ta famille, des ami-e-s, des collègues, tu veux te faire plaisir, ou autre), je pense que faire au moins le second exercice peut être très intéressant quand même. Il peut amener des prises de conscience sur nos émotions, qu’on est généralement très peu familiarisé-e à écouter tant qu’elles ne nous submergent pas, en automatisant des instants où on interroge nos ressentis émotionnels, avant chaque prise alimentaire dans ce cas.  C’est ce que j’essaie de faire désormais, même si bien souvent je décide de manger même quand j’identifie clairement que c’est une émotion que je veux étouffer au moins j’ai déjà cette première prise de conscience.

Finalement, de quoi avons-nous peur pour ne pas oser s’interroger sur nos pratiques alimentaires ? Que se passerait-il si en décidant d’être pleinement à l’écoute de soi-même on se rendait compte qu’un seul repas par jour nous convient, que les horaires fixes ne nous correspondent pas, que manger en la présence de telle personne ou dans tel contexte non plus ?

Si vous voulez partager vos ressentis et expériences par rapport à la faim physiologique et émotionnelle, j’en suis bien curieuse, laissez vos commentaires (je vous en remercie d’avance )!!

Bon appétit :-p

Pour les hispanophones, je recommande vraiment cette vidéo sur le sujet !

Un massage, mais pourquoi?

Considéré comme un luxe, vu comme un signe de frivolité, d’oisiveté, et bien d’autres qualificatifs visant à déqualifier cette pratique, le fait de se faire masser est bien souvent écarté, dans le « modèle » de société occidentale dominant.

Pourtant, le toucher est à la base de vie et de la communication entre les êtres, êtres sensuels que nous sommes (au même titre que les autres animaux), notre perception de la réalité étant basée sur nos différents sens (dont le toucher). Des bébés que l’on ne mettrait pas, ne serait-ce qu’un instant, en contact avec le corps d’une autre personne, parent biologique ou non, ne survivrait pas plus de quelques heures. Un chat qui ne recevrait pas de caresses de l’être humain qui l’héberge finirait très certainement par quitter sa maison. Quand quelqu’un a un chagrin, on a souvent le réflexe de le prendre dans nos bras, sans forcément dire quoique ce soit. Pour se saluer, on peut se serrer la main, s’embrasser, se donner une accolade, etc.

En plus de cela, les différentes techniques de massages, par des gestes engloblants, des pressions, des oscillations, balancements, ou autres mouvements manuels, ont une action sur le corps physique comme énergétique, sur les émotions comme sur le mental.

Au niveau du corps physique, les massages permettent la détente musculaire et nerveuse, améliorent la circulation sanguine et lymphatique, peuvent également avoir une action positive sur le système digestif, et les organes internes de manière générale. Ils permettent aussi l’élimination de toxines, améliorent le système immunitaire, engendrent la production de certaines hormones, comme les bien aimées dopamine, sérotonine et ocytocine. Plus globalement, c’est l’énergie qui circule à nouveau, on peut ressentir des fourmillements, de la chaleur, des blocages qui se lèvent.

Au niveau des émotions et du mental, en lien avec le corps physique et le corps énergétique, car tout est lié et la séparation que je fais ici est bien artificielle mais à un but de communication, on peut ressentir une détente globale, un bien-être, un soulagement, la libération d’émotions « négatives« , on prend conscience de notre corps dans sa totalité, accéder au lâcher-prise, avoir des visions réconfortantes, etc.

Je t’enjoins, si tu n’as jamais expérimenté le fait de te faire masser, ou l’expérimente seulement très occasionnellement, à augmenter la fréquence de cette pratique dans ta vie. Elle peut t’aider à tous les niveaux comme tu peux le voir dans les exemples fournis ci-dessus, le mieux étant bien sûr d’expérimenter cela toi-même. Et n’allègues pas le fait de ne pas avoir de moyens, car tu n’es même pas obligée d’avoir recours aux services d’un-e professionnel-le (bien que je te le recommande vivement, en plus d’autres pratiques qui peuvent être plus quotidiennes). En effet, tu peux réaliser des auto-massages (selon les enseignement du do-in par exemple), partager cela avec tes êtres aimé-e-s 😀 , apprendre avec des tutoriels disponibles librement sur internet, faire un stage, etc.

Les émotions, ces montagnes russes

Après le pic de stress d’il y a deux semaines, place à la colère (grande colère, j’aurais été capable de m’en prendre physiquement à certaines personnes si elles avaient franchi davantage la ligne de mes limites, aie), puis, à la tristesse (grande tristesse aussi, celle qui te fait pleurer du matin à l’après-midi de façon irrépressible). Mais pourquoi?? Pourquoi cette avalanche incontrôlable d’un coup? Avalanche qui a des répercussions sur mon organisme tout entier (j’ai tous les muscles tendus quand je suis en colère, la mâchoire serrée, envie de frapper, le coeur qui s’accélère; quand je suis triste, des larmes coulent, je ne peux pas les arrêter, je perds mon énergie, je suis à plat, je ne veux plus rien faire) ? Pourquoi est-ce que je ne pourrai pas être un peu tranquille et ne pas avoir à lutter pour ne pas frapper un collègue ou pleurer devant les assiettes sales?

Pour certains, tous les animaux (oui tous les animaux byebye ton anthropocentrisme),  ont 6 émotions primaires, liées, tout simplement, à l’exigence de survie: joie (ça te permet de garder la cohésion avec le groupe), colère (ça te permet de te défendre si t’es attaqué-e), dégoût (ça te permet de ne pas manger un truc mauvais pour toi par exemple), peur (ça te permet de fuir en cas de danger), tristesse (ça permet au groupe de se resolidariser autour de toi si besoin), surprise (ça te permet d’être prêt-e à tout face à tout hihi). Pour d’autres, on peut même réduire ce nombre d’émotions à 4: la colère, la tristesse, la peur et la joie (laquelle serait notre émotion socle, c’est-à-dire présente tout le temps du moment qu’on n’est pas dans une situation dont on doit se sortir). Les émotions sont donc innées aux êtres vivants (bon j’ai dit juste animaux avant car c’est ce sur quoi j’ai vu des études passer mais je suis sûre que les autres êtres vivants ont aussi des émotions, liées notamment à leur survie; un arbre qui ressent une attaque dans un bois va communiquer avec les autres qui vont préparer des mécanismes de défense par exemple, ça peut être considéré comme une émotion « peur » qui déclenche un mécanisme de protection), elles sont vitales (servent à notre survie), sont des messages de notre cerveau pour que nous adoptions un comportement donné: se sortir d’une situation (dans le cas des émotions « désagréables » comme la colère, la peur, la tristesse) ou la cultiver (dans le cas des émotions « agréables » comme la joie). Donc j’ai compris, si je ressens de la  colère c’est parce que je suis dans une situation qui ne me convient pas et que je dois changer (mais je sais qu’elle vient à son terme très prochainement, je t’entends colère, ne veux-tu donc pas t’arrêter?). Si je ressens de la tristesse, pour certains, c’est parce que j’ai besoin du soutien de mes semblables dans cette situation (effectivement ça marche quand les gens te voient pleurer ils te proposent souvent des trucs plutôt cools: un ventilateur, faire une pause, de l’eau, un gâteau haha). Pour d’autres, que mon cerveau a compris qu’une situation était finie et fait le deuil (youhou, tu t’en iras alors colère si mon cerveau a compris que c’était fini?).

Le truc, c’est que les émotions sont, dans notre cas, aussi un produit de la société. Nos sociétés nous disent si on peut pleurer (réaction physiologique souvent fruit de l’émotion tristesse) ou pas (« les hommes ne pleurent pas », « les larmes sont une source de honte », etc.). Si on peut pleurer, quand il faut le faire (il faut pleurer à l’enterrement d’un-e proche sinon c’est qu’on est insensibles, il ne faut pas pleurer au travail sinon on est irrationnel-le voir déséquilibré-e, etc.). Et là, c’est le drame hihi. On essaie de contraindre la nature, en refoulant nos émotions, les gardant pour nous, les cadenassant, et bim ça nous revient dans la figure puissance 10. Ok donc c’est pour ça que quand je me mets à pleurer, même si tout me crie « noooooooon tu peux pas faire ça ici », et justement pour ça en fait, ça devient incontrôlable car le messager s’énerve (lui aussi hihi) et redouble d’efforts pour que tu prennes en compte le message (tu crois que tu vas pouvoir le laisser dans un coin comme ça?!!).

Mais pourquoi tant d’acharnement des émotions dans une société qui ne leur donne pas la bienvenue? Parce qu’on devrait tout simplement écouter les messages qu’elles nous communiquent, elles ne s’en iraient que plus vite. Sinon quoi? On va ressentir énormément de fatigue, car on est en train de lutter contre ce processus naturel, pression, dépression, somatisation (des maux chroniques d’abord vers des maladies graves, « tout ce qui n’est pas exprimé est imprimé »). Et comment on fait pour les écouter? Pas facile dans ces sociétés qui voudraient faire de nous des robots hyperproductifs infaillibles en tout temps (désolée, ou pas désolée du tout d’ailleurs, mais c’est pas ça notre nature héhé). L’idéal serait de prendre le temps quand une émotion arrive, de l’accueillir, voir quel est mon ressenti, où se situe l’émotion dans mon corps, quelles pensées elle génère, observer tout ça, sans juger et se dire par exemple: « arrête de chialer maintenant t’as plus 3 ans », « mais je suis folle de m’énerver autant pour ça », etc. Et cerise sur le gâteau (addiction au sucre back again),  si on parvient à l’exprimer verbalement, pour soi, mais idéalement aussi pour les autres. Alors pas: « va te …. », mais: « je ressens de la colère quand tu me dis/fais ceci ou cela car ceci ou cela ».

Bilan, nécessité de s’extraire des milieux qui ne permettent pas de faire ce processus, urgent hihi.

Une lecture sur ce thème : L’intelligence émotionnelle de Daniel Goleman.

 

Le stress, l’histoire de ma vie

Aussi longtemps que je remonte après ma sortie de l’enfance, vers 11 ans, je me rappelle avoir ressenti du stress, de manière récurrente, avec des pics parfois très forts, caractérisé, au niveau psychologique, par de fortes inquiétudes, voire carrément de l’angoisse, de l’agacement, voire carrément de profondes colères, des états dépressifs, voire une tristesse profonde, le développement d’addictions (tabac, nourriture, etc.), et au niveau physique, par des problèmes de peau: eczémas, irritations, parfois des troubles du sommeil, de la prise de poids, des maux chroniques (sinusites, migraines), pour ne citer que les manifestations les plus évidentes. C’est un peu comme si, sortie de l’insouciance de l’enfance, où je me foutais royalement de ce à quoi je pouvais ressembler, comment les gens me percevaient et s’il fallait être et faire comme ceci ou comme cela, le boomerang était d’autant plus fort.

Pourquoi je te parle de ça? Ben il se trouve qu’il y a de cela quelques jours, une nouvelle situation s’est présentée dans ma vie, et après plusieurs mois de vie en mode légèreté et joie, un pic de stress sans nom m’a envahi. Le genre qui te plonge dans une profonde inquiétude, un brouillard complet et t’empêches de voir ce que tu as vraiment devant les yeux et de profiter des moments de répit et de beauté, pourtant bien présents au quotidien. Le genre que, quand tu regardes de plus près la situation concrète concernée, tu te dis: « non mais tu vas pas stresser pour ça oh?! » Et bien si, pourquoi? Le stress, bien nommé la maladie du siècle dans nos contrées occidentales, c’est quoi en fait?

Le stress c’est un ensemble de réactions physiques, physiologiques, psychologiques (bon je parlerai pas ici du niveau énergétique ni spirituel mais clairement y aurait de quoi dire), de notre organisme face à un danger ou une situation nouvelle à laquelle on pense ne pas pouvoir faire face. Comme tu l’auras vu ici, le stress est bien subjectif: « une situation à laquelle on ne pense pas pouvoir faire face », une situation qu’on envisage comme un « danger ». Donc là, ça sert à rien de te dire à toi même « tu vas pas stresser pour ça oh?! », encore moins de le dire à quelqu’un-e d’autre se trouvant en situation de stress d’ailleurs, car ça ne servirait à rien d’autre qu’à empirer le mécanisme en y rajoutant: culpabilité, refoulement, rejet de soi, j’en passe.

Dans ce contexte, notre organisme se prépare tout entier au combat, ou à la fuite, une réaction de protection simple, et sûrement efficace parfois. Le problème survient quand on est dans cet état de façon prolongée, soit que la situation en question se prolonge, soit que notre perception de la réalité soit durablement altérée. Et dans ces cas, et bien ça épuise fortement, peut amener à des conséquences pour le moins fâcheuses (euphémisme prononcé) dans la vie quotidienne de la personne sur ses divers plans d’existence: problèmes dans les relations, problèmes financiers, problèmes de santé…

Et en fait, mon propos dans cet article, c’est juste te dire que, si tu stresses, c’est pas que tu as/es un problème, une simple perception erronée de la réalité, c’est parfois simplement que la situation dans laquelle tu te trouves, tu dois la changer car elle ne convient pas à ce que tu es profondément. Et dans ces cas précis, les précieux « outils » de gestion de stress, qui sont en fait du bon sens quand à ce que devraient être nos vies d’êtres humains, et par ailleurs je te conseille de les pratiquer de manière quotidienne avant d’être en situation de stress, en prévention justement, comme: prendre du temps pour toi, prendre soin de toi, avoir une alimentation saine, prendre le temps de pleinement gouter le moment présent, rire, danser, respirer, méditer, se faire masser, avoir une activité physique, faire du yoga, avoir des relations sexuelles épanouissantes, tout ça, tout ça, ben ces « outils », ils ne pourront plus fonctionner. Il te faudra forcément faire le point sur ta vie, te poser de grandes questions existentielles, identifier clairement quels sont tes besoins et arrêter de te mettre dans des situations où tu en étouffes certains complètement! Et ça, ça peut sembler simple dit comme ça, mais non, ça va te demander de mettre en place des changements dans ta vie, parfois profonds, et de ne pas revenir en arrière (ce que je viens tout juste de faire), d’arriver à dire non! Non, je ne travaillerai plus dans ce type de contexte,  pour ce type de personne. Non, je ne vivrai plus dans le béton. Non ceci, non cela, selon les besoins qui sont les tiens (pas ceux des autres, de ton boss, ta mère, ton conjoint, ton fils, ou je ne sais qui, pas ceux de la société!!). Pour pouvoir dire OUI à ce qui est essentiel pour toi, à qui tu es. Ne te bafoues plus! Voilà, c’est dit, et ça fait du bien, je vous dirai si ça marche 😉 hihi

 

 

La plena… conciencia ;-)

La plena conciencia es una expresión que traduce la palabra en idioma Pali “sati”, un pilar del budismo (muy sencillo en apariencia): vivir en el momento presente. Se basa en una constatación muy sencilla, que muchas veces llegamos a olvidar (por lo menos en las sociedades occidentales), que el único momento que realmente existe es el momento presente. Hagas lo que hagas, lo que vives siempre lo vives en el momento presente y nunca existe otro momento que éste. A pesar de esto, muchas veces, nos la pasamos pensando y en pensando, en qué? En el pasado, sea doloroso (tristeza, enojo) o placentero (nostalgia, depresión), o el futuro, con muchos miedos (ansiedad) o con muchas esperanzas (ilusiones), y nos olvidamos de simplemente estar viviendo el momento presente, estar consciente de lo que nos rodea, de nuestras emociones, nuestros pensamientos, de las acciones que hacemos, las palabras que decimos, nuestra manera de relacionarnos con otras personas, etc. Si te interesa el tema, puedes leer El poder del momento presente de Eckhart Tolle (para mí este libro fue una revelación).

En este articulo, te voy a hablar de la plena conciencia con un enfoque más específico, como una técnica de reducción del estrés, basada en la práctica budista de meditación de plena conciencia (“samma sati”) : the mindful based stress reduction. Si puse el término en inglés, no es porque me la creo (hablo muy mal inglés, tengo testigxs jiji), es porque fue un médico estadounidenseJon Kabat-Zinn, quien desarrolló esta técnica, en los años 1970, como una aplicación de este pilar del budismo a las sociedades occidentales (no muy abiertas a la espiritualidad y con individuxs muy estresadxs jeje). Este médico, primero implementó esta técnica en la clínica donde trabajaba, con sus pacientes, y dado los resultados que tuvo, la técnica llegó a expandirse, fuera de las clínicas.

Esta técnica, se puede usar tanto de manera formal, como de manera informal. Qué quiero decir con esto? De manera formal, quiere decir tomando un momento específico durante el cual nos dedicamos a la meditación de plena conciencia. Muchas veces, se realiza en condiciones específicas: un lugar dado, una posición dada, un lapso de tiempo dado, … Por ejemplo, desde hoy :p , puedes elegir tomarte un tiempo diario para dedicarte a la meditación de plena conciencia. Te doy dos ejemplos de ejercicios que practico a menudo: sentarte 5 minutos en tu cama al despertar y observar donde se ubica tu respiración (en el abdomen, en las costillas, en el pecho o en la garganta), observar el ritmo de tu respiración (a qué frecuencia inspiras y expiras) y así sucesivamente todo lo que puedes observar de tu respiración. También puedes decidir dedicar 15 o 20 minutos diarios, o semanales, acostadx en el piso, con los ojos cerrados, visualizando y sintiendo una parte de tu cuerpo tras otra (los deditos de tu pie derecho, la planta del pie, la superficie del pie, etc.) antes de concienciar tu cuerpo entero. Son solo dos ejemplos, existen muchos ejercicios formales más, siempre podrás encontrar uno que te corresponda.

De manera informal, quiere decir donde sea, cuando sea, haciendo lo que fuera, con quien fuese. Por ejemplo, cuando sales a caminar, puedes decidir hacerlo en plena conciencia: sentir plenamente tus pies tocar el suelo, tu cuerpo moverse, escuchar todos los sonidos que se presentan (sin juicio, no importa que tu programa interno te diga que tal sonido es bonito y tal otro feo), sentir los rayos del sol sobre tu piel, el viento, los olores, todo. Se trata de estar plenamente presente y consciente de todo lo que está pasando. Esto también lo puedes hacer cuando estás fregando los platos (lavando la losa jiji), manejando, haciendo ejercicio, relacionándote con alguna persona, lo que sea. Es muy practico ves, ya ni hay la excusa del no tener tiempo para no practicar. Pero para qué c***** hacer esto?

Los beneficios son numerosos y diversosreduce el estrés (ya no estarás pensando en todo lo que tienes que hacer, en como vas a pagar la renta, o en lo que sea, solo estarás aquí y ahora), te relaja (cuando le paras un poco a tu actividad mental frenética, te alivia; cuando tomas conciencia de una tensión corporal, a menudo se disuelve, …), te permite conocerte mejor (sabes que sientes en tu cuerpo cuando estas enojadx: un nudo en la garganta, los muslos que se vuelven rígidos, … y sabes que te toca hacer para que pase esta emoción sin que tengas una reacción a aquella: dejarla pasar no más, gritar, hablar, …), te reconecta con tu cuerpo  (tienes conciencia de tu cuerpo en su totalidad, de tus movimientos, tus posturas, tu respiración y demás), conciencias tus emociones y tus pensamientos (te das cuenta que tienes muchos pensamientos relacionados a la falta de dinero en tu vida, a miedos que sientes, etc.) y al observarlxs rompes la fusión que hay entre tu y ellxs (sientes miedo, pero solo es una emoción, atrás de esto te das cuenta que hay algo que tiene mucha seguridad y paz), estimula tu sistema inmunitario ( ya que cuando reduces el estrés, tu inmunidad vuelve a crecer) , …